David d'Angers
Johann Wolfgang von Goethe

Johann Wolfgang von Goethe
David d'Angers (1788-1856)
Johann Wolfgang von Goethe
Entre 1829 et 1831
Tête colossale en plâtre
H. 83 ; L. 58 ; P. 51 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Johann Wolfgang von Goethe


Avec Rude et Préault, David fait partie d'une triade qui domine toute la première moitié du XIXe siècle pour la sculpture romantique. Il fut avant tout le grand théoricien de la portée morale de la sculpture et le chantre du culte rendu aux grands hommes. Sculpteur réservé, à l'écart des mondanités artistiques, il fut en revanche l'un des artistes aux relations les plus internationales : il rendit visite à Goethe à Weimar et fit alors son buste en 1829.

Graver le souvenir des grands hommes, voir dans cette matérialisation de la mémoire le rôle divin de la sculpture et le sacerdoce de l'artiste, sous-tend toute l'oeuvre de David. Cette fascination pour le portrait et pour "l'homme intérieur" est pour le sculpteur une obsession : lui-même va jusqu'à parler de fanatisme. En concentrant toute son attention sur le visage du grand philosophe allemand, il ramène toute l'expression aux éléments essentiels de la personnalité ; il délaisse ici le geste et le costume pour porter son attention sur la tête qui "seule, brille comme une étoile", et oppose les profonds sillons du front à l'immense crâne aux proportions accentuées. David était passionné comme tous les portraitistes de cette époque pour la phrénologie, cette science qui prétendait au XIXe siècle déterminer le caractère de l'individu d'après la forme de son crâne. Aussi cherche-t-il à atteindre la "lumière du cerveau de l'homme … flambeau éternel qui éclaire les âges les plus reculés ; c'est cette idée rendue palpable par la forme que je veux que l'artiste exprime dans son oeuvre. C'est là l'écriture de l'immortalité".

Dans cet esprit, il dressa à travers ses médaillons et ses bustes un véritable panorama des grandes figures du monde intellectuel. Au total, ce sont plus de 500 médaillons qui sont parvenus jusqu'à nous.


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter