Week-end « Imaginaires norvégiens » · 3 et 4 décembre 2022

Orsay en scène
Edvard Munch, Noël au bordel
Edvard Munch
Noël au bordel
Oslo, Munch Museum
© Munch-museet/Munch -Ellingsen Gruppen/Bono / Sidsel de Jong

Les samedi 3 et dimanche 4 décembre, le musée d'Orsay, en partenariat avec NORLA (Norwegian Literature Abroad), saisit l'occasion de l'exposition « Edvard Munch. Un poème de vie, d’amour et de mort » pour consacrer un week-end entier aux imaginaires littéraires norvégiens, des polars glacés au théâtre contemporain. Au programme de ces rencontres à découvrir ci-dessous, entretiens, performances, discussions, ainsi qu’un salon de lecture éphémère ouvert à tous.

Salon de lecture éphémère

  • Samedi 3 décembre 2022 – de 13h30 à 17h30 – fumoir
  • Dimanche 4 décembre 2022 – de 9h30 à 17h30 – fumoir

Le musée d’Orsay vous invite à découvrir les écrivains norvégiens dans le cadre exceptionnel de l’ancien fumoir de l’hôtel d’Orsay converti pour l’occasion en salon de lecture éphémère. Une fenêtre ouverte sur les imaginaires nordiques. À votre disposition, une sélection de romans, essais, nouvelles, bandes dessinées et albums jeunesse en consultation libre et, tout au long de la journée, une programmation de courtes rencontres.

  • Gratuit sur présentation d’un titre d’accès au musée et dans la limite des places disponibles

Entretien avec Karl Ove Knausgaard et Joachim Trier

  • Samedi 3 décembre 2022 – 16h30 – auditorium
Karl Ove Knausgard
Karl Ove Knausgård
© Sølve Sundsbø

 

Que doivent les artistes norvégiens d’aujourd’hui à Edvard Munch ? Pour répondre à cette question, le musée d’Orsay vous invite à la rencontre de deux monstres sacrés de la culture norvégienne contemporaine : l’écrivain Karl Ove Knaussgaard et le réalisateur Joachim Trier, tous deux passionnés et habités par l’œuvre du peintre.Phénomène littéraire mondial, le romancier et essayiste norvégien Karl Ove Knausgaard sera l’invité d’honneur de cette journée littéraire. Souvent comparé dans sa démarche à Marcel Proust, l’auteur de la saga monumentale Mon combat (Prix Médicis, 2020) plonge ses lecteurs dans les tumultes d’une introspection sauvage et sans filtres. Fin connaisseur de Munch, il rencontre, à l’occasion d’une carte blanche donnée en 2017 par le musée Munch d’Oslo, le réalisateur Joachim Trier. Prodige du cinéma norvégien, celui qui sera primé à Cannes pour Julie (en douze chapitres) décide de l’accompagner dans son exploration tumultueuse de l’œuvre d’Edvard Munch à travers un documentaire singulier : The Other Munch.Dans un grand entretien mené par la journaliste et critique littéraire Olivia Gesbert (France Culture, La Grande Table), auquel succèdera de la projection du documentaire, suivez ces deux grands artistes dans la découverte de la face cachée de l’œuvre du célèbre peintre.

  • En anglais avec traduction consécutive
  • Durée : 1h15
  • Tarif E : de 8 € à 10 €Gratuit sur réservation pour les bénéficiaires du tarif jeunes et solidarité

Edvard Munch/Anna-Eva Bergman, crier sa vie, écrire son art

  • Dimanche 4 décembre 2022 – 15h – fumoir

Avec Jérôme Poggi, galeriste, et Thomas Schlesser, directeur de la Fondation Hartung-Bergman

 

On sait qu’Edvard Munch a beaucoup écrit. Derrière ses mots se profile un génie obsédé par les questions métaphysiques, le rapport de l’Homme avec la Nature et les frontières entre progrès scientifiques et spéculations ésotériques. Munch a par ailleurs été l’immense modèle de jeunesse d’Anna-Eva Bergman (1909-1987), qui fit de son écriture un ressort essentiel pour sa peinture. Et si l’esthétique abstractisante de Bergman était au fond la transfiguration de l’œuvre d’Edvard Munch ?

  • Gratuit sur présentation d’un titre d’accès au musée et dans la limite des places disponibles

Lectures avec l’Odéon – Théâtre de l’Europe  « Nous ne mourons pas, c’est le monde qui nous quitte » (Edvard Munch, Journal)

  • Dimanche 4 décembre 2022 – 16h30 – auditorium
Stéphane Braunschweig
Stéphane Braunschweig
© Carole Bellaïche

 

« Tu écriras ta vie. » Tel est le premier des neuf commandements de la bohème de Kristiania (Oslo), groupe de jeunes gens qui reprennent les idées radicales d’Ibsen dont Edvard Munch fut l’un des membres. Un principe vertigineux que le peintre mettra en application jusqu’à sa mort, léguant à la ville plus de 15 000 pages de poèmes, réflexions et souvenirs. À l’invitation du musée d’Orsay, Stéphane Braunschweig, metteur en scène et directeur de l’Odéon – Théâtre de l’Europe, met en lumière ces précieux écrits en réunissant sur la scène les comédiens de la troupe du théâtre accompagnés de la soprano Karen Vourc’h. Au programme, une sélection de textes issus du Journal d’Edvard Munch présentés et lus en écho à ceux de son aîné et modèle, le dramaturge Henrik Ibsen. Un voyage entre théâtre, musique et littérature à la rencontre de deux géants de la psyché norvégienne.

  • Direction artistique : Stéphane Braunschweig
  • Avec Bénédicte Cerutti, Claude Duparfait, Pierric Plathier, Chloé Réjon, Karen Vourc’h (chant) et Michaël Guido (piano)
  • Durée : 1h environ
  • Tarif C : de 8 € à 18 €

 


La programmation culturelle autour de l’exposition « Edvard Munch. Un poème de vie, d’amour et de mort » bénéficie du soutien de l’Ambassade de Norvège en France.