Podcast · Pourquoi la peinture de Rosa Bonheur est-elle vachement bien ?

Rosa Bonheur
Labourage nivernais, dit aussi Le sombrage, en 1849
Musée d'Orsay
achat après commande de l'Etat, 1849
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
See the notice of the artwork

L'exposition « Rosa Bonheur (1822-1899) » se poursuit au musée d'Orsay jusqu'au 15 janvier 2023. Leïla Jarbouai, conservatrice en chef au musée d’Orsay et co-commissaire de l'exposition était l'invitée de l'émission Sans oser le demander diffusée sur France Culture et animée par Géraldine Mosna-Savoye. Découvrez le podcast de cette émission consacrée à la peinture de Rosa Bonheur enregistrée le 18 octobre 2022.

 

Rosa Bonheur (1822-1899) était la peintre animalière la plus célébrée et la plus vendue en son temps. Pourtant, elle est tombée dans l'oubli après sa mort. Expressive et inclassable, son œuvre s'enracine dans son amour pour les animaux, et résonne, aujourd'hui encore, avec notre relation au vivant.

En regardant un tableau de Rosa Bonheur, on a d'abord l'impression de tomber sur une image familière : celle d'un petit chien mignon, d'une petite boule de poils qui vous fait pousser un « Ooooh » attendri. Puis, à mieux observer, la sensation que quelque chose de singulier se déroule sous nos yeux : est-ce dans la pose de l'animal ? Ou peut-être dans son regard ?

En tout cas, l'a priori du tableau animalier un peu kitsch disparaît. Car vous ne voyez plus alors un toutou comme un autre, vous regardez ce Toutou, celui de la peintre Rosa Bonheur, animal animé sous les coups de pinceaux virtuoses. Née il y a 200 ans, oubliée à cause de son genre pictural ou de son genre tout court, comment a-t-elle pourtant renouvelé, de son vivant, l'approche du vivant ?