ACQUISITIONS : Ferdinand Barbedienne : Vase Canthare

Ferdinand Barbedienne, Vase Canthare, 1867  ©Musée d’Orsay, Dist.RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Ferdinand Barbedienne, Constant Sévin, Désiré Attarge, Vase Canthare
musée d'Orsay, en 1867, Achat, 2019
©Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

Ferdinand Barbedienne se fait connaître à Paris dans les années 1830 pour ses capacités de reproduire en bronze et au format voulu les travaux des sculpteurs. Il réalise les réductions d'un grand nombre d'œuvres sculptées conservées dans des musées européens, destinées à orner les intérieurs modernes. Sous contrat d'édition avec les artistes, Barbedienne reproduit également les œuvres de sculpteurs contemporains comme Rude, Carrier-Belleuse, Barye, Frémiet, Mercié... et crée de très nombreux modèles de bronze d'ameublement, et de pièces émaillées.

 

Les formes antiques inspirent largement Barbedienne, que ce soit dans le domaine de la sculpture ou dans celui des arts décoratifs. Il réalise ainsi plusieurs œuvres à partir des découvertes archéologiques gallo-romaines ainsi que des bronzes d'ornement pour la maison pompéïenne du Prince Napoléon avenue Montaigne.

 

Vase Canthare, Barbedienne, Ferdinand|Sévin, Constant|Attarge, Désiré
Ferdinand Barbedienne, Vase Canthare, 1867 ©Musée d’Orsay, Dist.RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

Ce vase témoigne de la collaboration de trois noms parmi les plus importants de la production française de bronzes décoratifs du XIXe siècle ; il porte en effet non seulement la signature du prolifique Barbedienne, mais également celle de son célèbre sculpteur-ornemaniste Louis Constant Sévin et celle de Désiré Attarge, ciseleur-ornemaniste dont le ciseau était réputé "changer le bronze en or".

 

Le répertoire strictement décoratif est directement inspiré de l'antique et possède une dimension architecturale. Les pampres, la palme et la couronne de laurier appartiennent au répertoire antiquisant.
La face principale présente une scène anonyme galante représentant deux personnages vêtus à l'antique. La végétation de pampres prend sur la face principale un fort relief et envahit le décor géométrique présent sur le col. Les grandes anses, dont la présence est caractéristique de la catégorie des vases canthares, sont imposantes et composites.

 

Vase Canthare, Barbedienne, Ferdinand|Sévin, Constant|Attarge, Désiré
Ferdinand Barbedienne, Vase Canthare, Face principale, 1867 ©Musée d’Orsay, Dist.RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

Deux grandes réussites techniques font de ce vase une pièce d'exception : d'une part la qualité du travail de ciselure de Sévin, d'autre part la virtuosité de la polychromie. La pièce en bronze est en effet incrustée d'or et d'argent et revêt une très belle patine, qualité pour laquelle Barbedienne était particulièrement réputé.

 

Vase Canthare, Barbedienne, Ferdinand|Sévin, Constant|Attarge, Désiré
Ferdinand Barbedienne, Vase Canthare, 1867 ©Musée d’Orsay, Dist.RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

Ce vase témoigne donc admirablement de l'alliance de l'art et de l'industrie qu'appelaient de leur vœux les organisateurs des Expositions universelles et qu'incarnait en son temps l'entreprise de Barbedienne.