Le splendide XIXe siècle des surréalistes : héritage et détournement

Orsay rencontres
-
Le 26 juin 2009

25 - 26 juin 2009

Max Ernst-Collage tiré de Une semaine de bonté. L'eau
Max Ernst
Collage tiré de Une semaine de bonté. L'eau, 1933
©ADAGP, Paris 2021-©ADAGP, Paris © DR/DR

Avec une force exceptionnelle, le surréalisme a libéré l'art de ses catégories esthétiques traditionnelles et passe aussi pour avoir libéré l'art tout court. Il a entretenu cependant une relation fascinée et ambivalente avec les traditions artistiques du XIXe siècle. Poètes et romanciers du siècle passé (Chateaubriand, Swift, Nerval, Poe, Mallarmé...) ont joué le rôle d'"excitateurs" (Nadeau).
Se fondant sur les mutations qui se sont opérées dans le domaine des idées politiques, du développement industriel, de la psychiatrie, de la philosophie ou de la morale, le mouvement surréaliste démontre la haute puissance de "dégagement" qui le caractérise. Quelle est la nature des relations qu'entretiennent les surréalistes avec le "splendide XIXe siècle" qui habitait André Breton ?
Les différentes contributions à ce colloque y répondent en examinant les recours et les stratégies de ce recours au XIXe siècle, entre appropriation, détournement ou rejet.


jeu. 25 juin 2009 - 09h00
  • Introduction, par Julia Drost, directrice adjointe du Centre allemand d'histoire de l'art de Paris et Scarlett Reliquet, chargée des cours, des conférences et colloques du musée d'Orsay

Héritages littéraires

Session présidée par Dario Gamboni, université de Genève

  • 9h15 : Ouverture, par Andreas Beyer, directeur du CAHA et Stéphane Guégan, chef du service culturel du musée d'Orsay
  • 9h30 : D'une imagerie magique. André Breton et la "splendide illustration" du XIXe siècle, par Etienne-Alain Hubert, université Paris IV – Sorbonne
  • 9h50 : Le surréalisme et les arts incohérents. Fumistes entre eux – Alphonse Allais et Marcel Duchamp, par Annabelle Görgen-Lammers, Kunsthalle Hamburg
  • 10h10 : Discussion et pause
  • 10h40 : Marcel Duchamp, Stéphane Mallarmé : les notes, le livre, par Thierry Davila, musée d'art moderne et contemporain (Mamco), Genève
  • 10h40 : Joseph Cornell et le XIXe siècle français, par Juan Manuel Bonet, historien de l'art, Madrid
  • 11h20 : Le roman populaire français vu par les surréalistes, par Daniel Compère, université Paris III
  • 11h40 : Discussion



jeu. 25 juin 2009 - 14h30

Héritages artistiques

Session présidée par Werner Spies, commissaire de l'exposition Max Ernst. "Une semaine de bonté". Les collages originaux", musée d'Orsay

  • 14h30 : Max Ernst – Caspar David Friedrich, par Julia Drost, CAHA, Paris
  • 14h50 : Un héritage paradoxal. Le rendez-vous des amis dans la tradition du portrait de groupe, par Alain Bonnet, université de Nantes
  • 15h10 : Discussion et pause
  • 15h40 : A la recherche d'images susceptibles de nous extasier. Surréalisme et photographie, par Clément Chéroux, conservateur, musée national d'Art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris
  • 16h : Odilon Redon vu du surréalisme, par Dario Gamboni, université de Genève
  • 16h20 : Discussion
  • 18h30 : Une semaine de bonté – Max Ernst et le XIXe siècle, conférence de Werner Spies, commissaire de l'exposition Max Ernst. "Une semaine de bonté". Les collages originaux



ven. 26 juin 2009 - 09h30
Musée d'Orsay
Auditorium niveau -2

La ville et le rêve

Session présidée par Juan Manuel Bonet, historien de l'art, Madrid

  • 9h30 : Du passage des "Cosmoramas" au passage de l'Opéra : Aragon rêvant au Paris de Balzac, par Robert Kopp, université de Bâle
  • 9h50 : Le photographe flâneur et son art de fixer une ombre, par Herbert Molderings, historien de l'art, Cologne
  • 10h10 : Discussion et pause
  • 10h40 : Beyond Freud: Hervey de Saint-Denys, Maury and the presurrealist dream discourse, par Stefanie Heraeus, historienne de l'art, Cambridge
  • 11h : Discussion et pause

.



ven. 26 juin 2009 - 14h30
Musée d'Orsay
Auditorium niveau -2

Héritage des sciences et des idées

Session présidée par Thierry Davila, Mamco, Genève

  • 14h30 : Les expositions surréalistes : l'écart absolu ? par Scarlett Reliquet, musée d'Orsay, Paris
  • 14h50 : Relecture et appropriation de Charles Fourier par le surréalisme, 1945-1965, par Fabrice Flahutez, université de Paris-Ouest-Nanterre, La Défense
  • 15h10 : Discussion et pause
  • 15h40 : Des rôles féminins dans le surréalisme : du XIXe au XXIe siècle, par Victoria Combalia, historienne d'art, Barcelone
  • 16h : Max Ernst au cinéma, par Dominique Païni, historien du cinéma, Paris
  • 16h20 : Discussion et conclusion