Exposition

La Main aux algues et aux coquillages, le testament artistique d'Émile Gallé

Du 16 juin au 12 septembre 2004 -
Musée d'Orsay
1, rue de la Légion d'Honneur 75007 Paris
Plan & itinéraire
objet, Emile Gallé, La Main aux algues et aux coquillages, en 1904
Emile Gallé
La Main aux algues et aux coquillages, en 1904
Musée d'Orsay
Don des descendants de l'artiste au musée d'Orsay, 1990
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Voir la notice de l'œuvre
Pour célébrer le centenaire de la disparition d’Émile Gallé (1846-1904), le musée d'Orsay propose une manifestation centrée sur l'ultime chef-d’œuvre du verrier, que ses descendants offrirent au musée en 1990, La Main aux algues et aux coquillages.

Le propos de l'exposition est d'analyser la genèse de cette oeuvre aux connotations étranges et ambiguës. S'agit-il d'une main qui émerge de l'onde ou que l'onde engloutit ? Partant, est-elle symbole de vie ou de mort ? Est-elle une allusion à Aphrodite naissant de l'écume de la mer ionienne ou à Ophélie dérivant au fil de l'eau ? Mais cette main, en dépit des apparences - finesse de l'extrémité des doigts, coquillages faisant office de bagues - est-elle vraiment une main féminine ? Comment ne pas songer à la propre main de l'artiste qui en cet été 1904 se sait condamné ? Sans aucun doute la dualité vie - mort dont l'œuvre est imprégnée est tributaire de cette situation personnelle.

 

En dépit de son caractère exceptionnel, cette oeuvre se rattache à tout un courant de l'inspiration d'Émile Gallé, celui que vient nourrir le monde de la mer. Celui-ci est évoqué par une quinzaine de pièces provenant de collections prestigieuses présentées aux côtés d'une dizaine d'œuvres inédites restées en possession de l'artiste et témoignant d'une étonnante richesse d'invention, formelle et technique, face aux modèles observés. Toutes témoignent du passage du décoratif au symbolique sous la double intercession de la poésie et de la science qui ont enrichi le regard de l'artiste et stimulé ses recherches pour doter le matériau vitreux de qualités suggestives jusqu'alors inconnues et lui conférer une vie biologique.

 

Emile Gallé-La Main aux algues et aux coquillages
Emile Gallé
La Main aux algues et aux coquillages, en 1904
Musée d'Orsay
Don des descendants de l'artiste au musée d'Orsay, 1990
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Voir la notice de l'œuvre

L'exposition est maintenant terminée.

Voir toute la programmation
Pour aller plus loin

Présentation détaillée de l’exposition

Lire