Exposition contemporaine

Nathanaëlle Herbelin

Être ici est une splendeur

Du 12 mars au 30 juin 2024
Nathanaëlle Herbelin (1989)
Emmanuelle et Efi, 2024
© Courtesy de l'artiste et de la Galerie Jousse Entreprise/ Photo : Objets pointus/ © Adagp, Paris, 2024
Fréquentant assidûment les collections du musée d’Orsay depuis l’enfance, l’artiste franco-israélienne Nathanaëlle Herbelin est invitée à mettre en perspective ses toiles et ses sources d’inspiration. Héritière des Nabis, l’artiste remet au goût du jour leurs sujets de prédilection – la vie quotidienne, les intérieurs domestiques et l’intimité, dans des compositions qui n’en sont pas moins résolument contemporaines.

Sa présentation au musée d’Orsay s’inscrit directement dans un axe du projet culturel du musée consistant à étendre la « polyphonie d’Orsay » à des figures artistiques moins classiques, ici en présentant une artiste émergente déjà très plébiscitée par la critique. Sa trajectoire fulgurante depuis sa sortie des Beaux-Arts de Paris il y a moins de dix ans, a été mainte fois commentée, et sera aussi l’occasion d’afficher l’attention du musée d’Orsay pour les artistes fréquentant l’école qui lui est voisine, et ceux parmi les artistes alumni qui sont passionnés par ses collections.

L’exposition contemporaine du printemps 2024 mettra en avant l’inscription sensible de l’artiste dans le sillon des Nabis. Si la touche subtile de l’artiste, sa palette chromatique et ses motifs de prédilections nous rappellent Pierre Bonnard, Édouard Vuillard ou Félix Vallotton, d’autres détails figuratifs nous ramènent à la réalité la plus contemporaine : grâce à la présence de particularités actuelles (téléphones portables ou câbles d’alimentations électroniques) dans ces scènes de genres remises au goût du jour, mais aussi en transposant des préoccupations de notre temps sur ces compositions. Ainsi, l’intimité du corps maternel à la toilette présente parfois le modèle en train de s’épiler, ou bien le genre est questionné par la transposition d’un modèle masculin nu dans la baignoire, une autre toile présente même une scène intime centrée sur le plaisir féminin, ou bien la mise en scène du familier dans une chambre est éclairée à la lumière bleue nocturne d’un ordinateur portable posé sur les genoux d’une figure alitée.

Cette actualisation devrait incontestablement pouvoir entrer en résonance avec les toiles de Pierre Bonnard, Édouard Vuillard et Félix Vallotton accrochées en permanence dans ces galeries, sans heurt ni sentiment de pastiche tant l’univers de Nathanaëlle Herbelin reste sensible et singulier.

  1. Lundi Fermé
  2. Mardi 9h30 - 18h00
  3. Mercredi 9h30 - 18h00
  4. Jeudi 9h30 - 21h45
  5. Vendredi 9h30 - 18h00
  6. Samedi 9h30 - 18h00
  7. Dimanche 9h30 - 18h00
Musée d'Orsay
Salle 69, niveau 2
Plan & itinéraire
Tarifs
Plein tarif horodaté
16 €
Tarif réduit horodaté
13 €
Enfant & Cie
13 €
Nocturne
12 €
- de 18 ans, - de 26 ans résidents EEU
Gratuit