Arthur George Walker, The Incantation

Collections
dessin en feuille, Arthur George Walker, The Incantation (L'Incantation), en 1893
Arthur George Walker
The Incantation (L'Incantation), en 1893
Musée d'Orsay
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Sophie Crépy
Voir la notice de l'œuvre

The Incantation (L’Incantation), imposante aquarelle d’Arthur George Walker (1861-1939), est la première oeuvre de l’artiste anglais, plus connu en tant que sculpteur, à rentrer dans les collections nationales françaises, grâce à la générosité de M. Mehdi Korchane.
Elle date du début de la carrière de Walker et tire son sujet de Cléopâtre : un récit de la chute et de la vengeance d’Harmachis (1889), un roman d’aventure de Henry Rider Haggard. Le grand prêtre Harmachis, descendant des pharaons, y a pour mission d’assassiner Cléopâtre pour restaurer leur dynastie sur le trône d’Egypte. The Incantation dépeint le moment où il vient d’être présenté à Cléopâtre et fait apparaître devant ses yeux le corps ensanglanté de César dans l’espoir de devenir le devin attitré de la reine et de rentrer dans son entourage. Cléopâtre, terrorisée par cette vision, reste les yeux figés sur les volutes de fumée qui s’élèvent de la coupe d’incantation.
Si cette aquarelle n’est toutefois pas fidèle à la scène telle que décrite dans le roman de Haggard, elle témoigne d’une égyptomanie ravivée en Grande Bretagne au moment de l’occupation de l’Egypte par les troupes britanniques à partir de 1882.

Malgré un caractère illustratif indéniable, et cher à l’art victorien, The Incantation, par sa monumentalité et ses références artistiques, s’inscrit aussi et surtout dans la lignée du portrait théâtral. Le choix de l’aquarelle pour une œuvre de cette taille et de cette ambition, destinée aux cimaises de la Royal Academy, n’est pas surprenant. En effet, cette technique, dont les britanniques revendiquaient l’apanage, avait gagné ses lettres de noblesse au fil du XIXe siècle, et était jugée apte à rivaliser avec la peinture à l’huile.
C’est toutefois en marbre que Walker transposa The Incantation plus de trente ans plus tard, ce qui souligne l’importance toute particulière de cette œuvre pour l’artiste.

Images
dessin en feuille, Arthur George Walker, The Incantation (L'Incantation), en 1893
Arthur George Walker
The Incantation (L'Incantation), en 1893
Musée d'Orsay
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Sophie Crépy
Voir la notice de l'œuvre