Charles Baudelaire et Constantin Guys. Le peintre de la vie moderne

Accrochage de dessins
Collections
, Guys, Constantin
Constantin Guys, Femme, debout, les mains dans son manchon
©Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

 

Dans Le peintre de la vie moderne, son ultime texte critique publié en 1863, Charles Baudelaire livre une pensée de la modernité élaborée quinze longues années durant. Pourquoi élire Constantin Guys, un « ouragan de modestie » pour incarner le héros de la modernité alors que l’oeuvre de Daumier, Courbet ou Manet force son admiration ?
Baudelaire qui a soigneusement préparé pendant dix ans sa rencontre avec Guys distingue le peintre de mœurs parmi les rares à la fois « doués de la faculté de voir » et « qui possèdent la puissance d'exprimer ». Plus qu’un artiste « asservi à sa palette », il décèle en lui un « homme du monde entier » qu’il dépeint : « Ainsi il va, il court, il cherche. […] il cherche ce quelque chose qu’on nous permettra d’appeler la modernité ; […] Il s'agit, pour lui, de dégager de la mode ce qu'elle peut contenir de poétique dans l'historique, de tirer l'éternel du transitoire. »

Pour le critique d’art, Guys excelle dans les nouvelles formes d’expression artistique que Baudelaire associe à la modernité : la mode, l’illustration de presse, les caricatures, les dessins.
La sélection d’aquarelles et de lavis d’encre de Constantin Guys présentée par le musée d’Orsay autour de la guerre de Crimée, les femmes, le dandysme, les fastes de la cour impériale révèle cet art maitrisé de l’esquisse et de l’instantané. Cet ensemble retrace la chronique du second Empire avec « un feu, une ivresse de crayon, de pinceau ressemblant presque à une fureur ».

5 octobre 2021 - 25 janvier 2022. Salle 41
Accrochage conçu par Géraldine Masson, collaboratrice scientifique – Arts graphiques.

Images
, Guys, Constantin
Constantin Guys, Femme, debout, les mains dans son manchon
©Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Portrait de Jeanne Duval (1865), Charles Baudelaire
Charles Baudelaire, Portrait de Jeanne Duval (1865)
Paris, musée d'Orsay, conservé au département des Arts Graphiques du musée du Louvre
© PHOTO RMN-JG Berizzi ©RMN-Grand Palais (musée d?RTMOrsay) / Jean-Gilles Berizzi / DR