Lettre de Claude Monet à Winnaretta Singer

Collections
archives, Claude Monet, Lettre à Winnaretta Singer
Claude Monet
Lettre à Winnaretta Singer
Musée d'Orsay
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Sophie Crépy
Voir la notice de l'œuvre
Citation
13 juin 1909
Madame
Je viens de revoir chez Mr Durand-Ruel, une toile de moi très ancienne (les Dindons) qui vous appartient et que vous désirez vendre.
Mes moyens ne me permettant pas d'y mettre le prix fixé on m'a parlé de trente-mille-francs je me permets de vous demander, si en faveur de l'auteur vous consentiriez à une diminution. Vous voudrez bien Madame excuser la liberté de ma demande et agréer l’expression de mes sentiments distingués.
Claude Monet

L’entrée de cette lettre inédite dans les collections du musée d’Orsay, grâce à la générosité de la  Société des Amis des Musées d’Orsay et de l’Orangerie (SAMO), permet de compléter un ensemble de correspondances déjà présentes dans nos fonds et relatives à l’histoire d’un des chefs-d’œuvre de Claude Monet des collections nationales, Les Dindons.

 

Images
tableau, Claude Monet, Les Dindons, en 1877
Claude Monet
Les Dindons, en 1877
Musée d'Orsay
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Voir la notice de l'œuvre

Peint pour le mécène Ernest Hoschedé, qui a commandé à Monet le décor du grand salon de son château de Rottembourg à Montgeron (Essonne), ce tableau est exposé sous le titre « Les dindons (décoration non terminée) » lors la troisième exposition du groupe impressionniste au printemps 1877. L’œuvre a une importance toute particulière pour l’artiste, qui s’intéresse régulièrement à son devenir et cherche à de nombreuses reprises à pouvoir la racheter. L’œuvre change en effet plusieurs fois de propriétaires avant son entrée dans les collections nationales : elle passe en 1878 des mains d’Hoschedé à celles du peintre Giuseppe de Nittis, est racheté en 1884 à la vente après-décès de Nittis par le critique Théodore Duret, puis, lorsque celui-ci vend sa collection en 1903, par l’amateur rouennais François Depeaux, avant d'être acquis en 1906, à la vente Depeaux, par la princesse Edmond de Polignac, Winnaretta Singer (1865-1943), riche héritière américaine et mécène.

La lettre de Monet à Winnaretta Singer du 13 juin 1909 nous apprend que la riche américaine a confié l’œuvre à vendre chez Durand-Ruel, qui en demande 30 000 francs. Monet s’adresse directement à Singer pour lui demander si elle consent à « une diminution » « en faveur de l’auteur » pour cette œuvre « très ancienne ». Dans une lettre acquise par le musée d’Orsay en 2006, la princesse de Polignac répond finalement à Monet (le 25 juin, depuis Londres) : « Je me séparais à regret de votre admirable tableau – uniquement parce que je n’avais pu trouver chez moi un emplacement digne d’une aussi belle œuvre – Je viens d’acheter une maison à Londres dont « les Dindons » seront le plus bel ornement – Vous me pardonnerez donc, mon cher Maître, si je ne réponds pas affirmativement à votre demande » (Fonds Monet ODO 2007-1-161).

Le tableau est finalement légué au musée du Louvre par Winnaretta Singer à sa mort en 1943 (testament olographe en date du 5 juillet 1938).

Lettre de Monet à Winnaretta Singer, recto
Lettre de Monet à Winnaretta Singer, recto

 

 

Lettre de Monet à Winnaretta Singer, verso
Lettre de Monet à Winnaretta Singer, verso