Max Laüger, Vase à décor de tiges

Collections
objet, Max Laüger, Vase à décors de tiges vert pâle sur fond rouge, vers 1897
Max Laüger
Vase à décors de tiges vert pâle sur fond rouge, vers 1897
Musée d'Orsay
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Sophie Crépy
Voir la notice de l'œuvre

Max Laüger (1864-1952) fut un décorateur et notamment un céramiste au tournant du siècle, actif en Allemagne, dans la région du Bade-Wurtemberg. Après une formation initiale à la Kunstgewerbeschule de Karlsruhe, dans la filière peinture et décoration, il voyage en Europe et fréquente notamment l’académie Julian à Paris. Il prend la direction artistique de la manufacture de céramique Tonwerke à Kandern à la fin du siècle, parallèlement à son travail personnel. Il développe en quelques années un style aisément identifiable qui lui vaut un succès certain. Sur des vases aux formes simples, qu’il fait tourner, il appose un décor d’inspiration végétale en léger relief, recouvert ensuite d’une glaçure au plomb. Il utilise pour cela la technique de peinture au barolet, du nom de l’outil qui lui permet de dessiner sur le vase à l’aide de barbotine colorée.

Artiste de dimension internationale, Laüger expose notamment ses œuvres à Paris, chez Siegfried Bing (l’Art nouveau), Julius Meier-Graefe (la Maison moderne) et aux expositions universelles, notamment celle de 1900. Ses vases sont également vendus en Allemagne, dans l’empire autrichien et aux Etats-Unis, notamment après l’exposition universelle de Saint-Louis en 1904. Co-fondateur du Deutscher Werkbund en 1907, il témoigne ainsi de son engagement dans le mouvement de rénovation des arts décoratifs propre au jugendstil allemand.
Il reste néanmoins un artiste ancré dans son territoire de naissance, ce qui s’exprime à la fois dans l’organisation de sa production et dans ses inspirations. Originaire de cette région du Sud de l’Allemagne, il vit et travaille à quelques kilomètres de la Suisse et de l’Alsace. Il fut certainement inspiré par les céramiques traditionnelles de Suisse et du Sud de la Forêt noire, dans la gamme colorée des émaux et le principe décoratif qui se déroule en frise tout autour de la panse. Il propose néanmoins une réinterprétation de cette esthétique vernaculaire, entre stylisation et recherche ornementale.

Images
objet, Max Laüger, Vase à décors de tiges vert pâle sur fond rouge, vers 1897
Max Laüger
Vase à décors de tiges vert pâle sur fond rouge, vers 1897
Musée d'Orsay
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Sophie Crépy
Voir la notice de l'œuvre

Le vase que le musée d'Orsay a eu l’opportunité d’acquérir grâce à la générosité de la Société des Amis des musées d'Orsay et de l'Orangerie  est tout à fait représentatif du travail de Laüger dans les dernières années du XIXe siècle. De forme balustre assez sobre, il est animé par un décor de tiges dans le vent qui se déploie tout autour de la panse. La base du vase est simplement marquée par une couleur plus foncée, un violet presque noir, qui vient donner du contraste et ancrer le motif. Le fond du vase est d’un séduisant rouge brique, sur lequel vient contraster le vert pâle délicat des tiges. Cette couleur est obtenue par le jeu de la pâte claire avec laquelle les tiges ont été dessinées et de la couverte translucide vert très pâle qui la recouvre. Quelques légères variations dans l’épaisseur de cette couverte donnent du relief au motif.

Ce vase vient dorénavant compléter la présentation de l’œuvre de Laüger au musée d’Orsay, présentant une gamme chromatique et un type de décor qui n’était jusque-là pas représenté dans la collection.