Virginie Demont-Breton, "Jeune femme cousant"

 (1875), Virginie Demont-Breton
Virginie Demont-Breton, Jeune femme cousant (1875)
©Musée d’Orsay, dist. RMN-Grand-Palais / Patrice Schmidt

 

Le rôle joué par Virginie Demont-Breton dans l’inclusion progressive des femmes dans le milieu de l’art au XIXe siècle fait d’elle une figure importante. Issue d’une famille d’artistes, elle anime avec son époux le groupe dit « de Wissant », du nom d'un village de la Côte d’Opale, qui rassemble des créateurs français et belges entre 1890 et 1900.

Elle expose dès l’âge de vingt ans au Salon, y reçoit par la suite plusieurs médailles et est décorée Officier de la Légion d’Honneur. Ses œuvres étaient admirées par Van Gogh, qui a fait une copie de son tableau L’Homme est en mer.

Elle s’est engagée dès 1883 dans l’Union des femmes peintres et sculpteurs dont elle devient présidente de 1895 à 1901. Grâce au militantisme de l’Union, l’École des beaux-arts devient accessible aux femmes en 1896, leur donnant accès à la bibliothèque et aux cours magistraux de perspective, d’anatomie et d’histoire de l’art. Un an plus tard, elles peuvent se présenter à des examens d’entrée et suivre des cours de peinture et de sculpture, puis, en 1900, elles ont enfin accès à des ateliers identiques à ceux des hommes. Enfin, elles peuvent concourir pour le prix de Rome à partir de 1903.

 

Jeune femme cousant est un dessin réalisé alors que Virginie Demont-Breton est encore très jeune et se lance tout juste dans la représentation de figures, mais il témoigne déjà de la sureté de son trait et ses talents de dessinatrice. La grande qualité plastique de cette feuille s'observe notamment dans la maîtrise de la courbe, qui fait fusionner subtilement l’épaule avec le dossier de la chaise, ainsi que dans le jeu des draperies et du clair-obscur.

Le sujet quant à lui évoque la vie domestique des femmes, sujet de prédilection de l’artiste qui a beaucoup représenté les paysannes et femmes de marins, dans leur vie rustre et difficile.

 

 (1875), Virginie Demont-Breton
Virginie Demont-Breton, Jeune femme cousant, 1875 © Musée d’Orsay, dist. RMN-Grand-Palais / Patrice Schmidt / Patrice Schmidt

 

Jeune femme cousant n’est pas relié à une peinture mais semble plutôt être un exercice de figure permettant d’allier étude sur le vif et réminiscences classiques. Il inspire une certaine tristesse, résignation et lassitude du modèle de par sa posture, mais également une force, une fermeté et une beauté suggérant ce thème de la lutte intérieure d’une femme confrontée à la difficulté de la vie.

L'œuvre vient rejoindre dans les collections du musée d'Orsay Jeune femme portant un enfant, un autre dessin au fusain de Virginie Demont-Breton actuellement en dépôt au musée des Beaux-Arts d’Arras.