Musée d'Orsay: Eugène Atget Fille publique faisant le quart

Eugène Atget
Fille publique faisant le quart

La Villette, rue Asselin, fille publique faisant le quart devant sa porte
Eugène Atget (1857-1927)
La Villette, rue Asselin, fille publique faisant le quart devant sa porte
1921
Epreuve sur papier albuminé à partir d'un négatif verre au gélatino-bromure d'argent
H. 22,5 ; L. 17,8 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Gérard Blot

La Villette, rue Asselin, fille publique faisant le quart devant sa porte


Au printemps 1921, probablement à la demande du peintre André Dignimont, collectionneur d'images érotiques, Atget réalise une douzaine de photographies de prostituées et de bordels, en vue d'un projet de publication qui ne verra jamais le jour.

Il plante son imposante chambre noire à soufflet à Versailles et à Paris, du coté de Fort-Monjol, ce coin du XIXe arrondissement où deux rues, Monjol et Asselin (aujourd'hui rue Turot), abritent alors des maisons basses, ouvertes en permanence au client.

Assise sur une chaise en paille, une femme est figée dans une posture d'attente et de routine, que souligne le titre donné par Atget. La grande finesse des détails et le violent contraste obtenus au tirage inscrivent cette fille publique dans la minéralité d'un lieu qui porte à la fois les stigmates du tissu urbain et ceux de la marginalité sociale. La prise de vue, légèrement désaxée, le damier des pavés grossiers et le subtil jeu de lignes creusent l'espace et conduisent le regard vers la béance noire de la porte.

Cette image, repérée avec quelques autres par Man Ray qui les réunit en album à partir de 1926, figure très tôt après la mort du photographe parmi les icônes de l'histoire du médium, élevant l'artisan consciencieux et obstine qui avait archivé le vieux Paris au rang de père fondateur de la modernité.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube