Musée d'Orsay: Jean-Baptiste Louis (baron) Gros Frise des Panathénées, Parthénon

Jean-Baptiste Louis (baron) Gros
Frise des Panathénées, Parthénon

Détail de la frise des Panathénées, Parthénon, Athènes
Baron Jean-Baptiste Louis Gros (1793-1870)
Détail de la frise des Panathénées, Parthénon, Athènes
1850
Daguerréotype
H. 11 ; L. 14,5 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Détail de la frise des Panathénées, Parthénon, Athènes


Peintre et dessinateur, le baron Gros pratique le daguerréotype dès 1840. Il est l'un des membres fondateurs, en 1851, de la Société héliographique dont il assure brièvement la première présidence.

Voyageant dans le cadre de son activité diplomatique, il séjourne en Grèce de janvier à juin 1850, en qualité de ministre plénipotentiaire, intercesseur sur la question du conflit anglo-grec lié au transfert en 1816, à Londres, des marbres du Parthénon par lord Elgin. Au mois de mai, pendant dix jours, le diplomate s'offre quelque loisir en s'attelant pour son propre plaisir à la photographie des sites antiques : il produit alors environ quatre-vingts plaques daguerriennes.

Dans un article publié dans le journal La Lumière, en février 1851, le critique d'art Francis Wey souligne tout l'intérêt de ces photographies pour la recherche archéologique. Cette vue d'un détail d'une frise du Parthénon est d'une netteté exceptionnelle et d'une grande maîtrise technique, caractéristique récurrente dans l'oeuvre du baron Gros (il a bénéficié d'une importante réputation dûe à l'exceptionnelle qualité de ses daguerréotypes et en a gagné le surnom de "Napoléon de la plaque").

Praticien hors pair, il laisse un ensemble de vues issues de ses séjours a l'étranger (Londres, Bogota) comme à Paris (Gare de l'Est, vers 1850, musée d'Orsay).




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube