Musée d'Orsay: Henry Peach Robinson She never told her Love

Henry Peach Robinson
She never told her Love

"She never Told her Love"
Henry Peach Robinson (1830-1901)
"She never Told her Love"
1857
Epreuve sur papier albuminé à partir d'un négatif verre au collodion humide
H. 18 ; L. 24,1 cm
© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

She never told her Love


Miss Cindall, qui deviendra l'un des modèles favoris de Robinson dans ses mises en scène photographiques, prête ici ses traits graciles à un personnage de jeune fille agonisante. Celle-ci se consume d'un amour non avoué, comme l'explicite le vers inscrit sous l'épreuve, tiré de Twelfth Night, or What You Will de Shakespeare : "She never told her Love."

Cette oeuvre est l'une des études préliminaires d'une composition magistrale, Fading Away, réalisée par Robinson selon la technique du combination printing apprise auprès de Rejlander. Cinq négatifs différents sont associés afin de constituer une scène dans laquelle cette beauté virginale, cette fois-ci entourée de ses proches, vit ses derniers instants, victime de la tuberculose, une maladie contagieuse et alors incurable.

Les deux images sont présentées conjointement en 1858 à l'exposition de photographie du Crystal Palace, assurant la renommée de l'auteur, autant par la maitrise technique que par l'ambition artistique qui ont présidé à leur production.

Ainsi liées, elles créent une séquence narrative (l'une apportant la clé de compréhension de l'autre) faisant percevoir au public victorien combien le mal évoqué dans l'épreuve définitive est tout autant moral que physique. Opportunément, la mort vient restaurer l'innocence perdue.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion