Musée d'Orsay: Restauration de la Charge de l'artillerie de la garde impériale de Schreyer

Restauration de la Charge de l'artillerie de la garde impériale de Schreyer

Pour fêter son trentième anniversaire, le musée d'Orsay entreprend de restaurer un certain nombre d'oeuvres de ses collections qui n'avaient pas trouvé leur place dans les salles du musée lors de son ouverture en 1986. Ces restaurations s'effectuent dans le cadre de sa politique de conservation préventive des oeuvres, une des missions fondamentale du musée.
C'est en particulier le cas pour quelques tableaux académiques de grands et moyens formats que le public pourra de nouveau découvrir pendant leur restauration ou lorsqu'ils rejoindront les salles rénovées en 2018.

Restauration de la "Charge de l'artillerie de la garde impériale à Traktir en Crimée, le 16 août 1855" (1865) d'Adolf Schreyer

L'oeuvre présente l'un des épisodes fameux de cette bataille qui opposa les Russes du prince Mikhaïl Gortchakov, tentant de rompre le siège de Sébastopol, aux troupes franco-sardes commandées par le général Pélissier.Nous assistons ici à l'engagement décisif de l'artillerie de la Garde impériale de Napoléon III.
Malgré la bravoure incontestable des protagonistes, beaucoup raillèrent des approximations dans le commandement, en particulier du côté russe, ce qui entraîna des pertes trois fois plus élevées au sein de l'armée du Tsar et, finalement, la défaite de celle-ci.

Adolf Schreyer, d'origine allemande, dut fuir la France en 1870 ; orientaliste, il était spécialisé dans la peinture de chevaux, mais aussi dans les scènes de bataille. Le tableau "fait songer aux récits terribles et naïfs des romans d'Erckmann-Chatrian. M. Schreyer a la fougue de ses artilleurs. [...] la poussière et la fumée, la lumière et les nuages dans le ciel, tout combat", écrira W. Bürger.

Achetée par l'Etat en 1865, déposée entre 1885 et 1980 au musée municipal d'Agen avant de rejoindre le musée d'Orsay, la toile en mauvais état, conservée roulée, n'avait encore jamais été exposée.
A l'occasion des 30 ans du musée d'Orsay, cette vaste composition est restaurée en présence des visiteurs.

"Charge de l'artillerie" de Schreyer mise à plat avant restauration© Musée d'Orsay / Sophie Boegly-Crépy

Cette initiative bénéficie du soutien de Crédit Agricole d'Ile-de-France Mécénat, Grand Mécène du musée d'Orsay.

Enceinte vitrée réalisée avec le généreux soutien de :

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion