Musée d'Orsay: L'agonie des Aigles

L'agonie des Aigles

Frédéric Mitterrand
1997
1h15
Français

La guerre emporte les trônes en même temps que des millions d'hommes dans la tragédie où s'abîme l'Europe. Le Kaiser Guillaume est marginalisé par le clan militariste qui attendait le pouvoir depuis longtemps. Bientôt Hindenbourg et Lüdendorf, les véritables maîtres de l'Allemagne, l'utiliseront comme une marionnette pour avaliser leurs crimes de guerre : après le viol de la Belgique, les gaz, la guerre sous-marine qui entraînent les Etats Unis du côté des alliés. Guillaume que l'on promène comme un pantin sombre dans une dépression peuplée de remords.

En Autriche Hongrie, lorsque meurt François-Joseph, Charles et Zita tentent de renouer la paix à tout prix par le biais de la famille Bourbon Parme. Mais les Français hésitent et les Allemands resserrent leur contrôle sur un empire qu'ils tiennent sous un quasi protectorat. Le ministre Czernin en profite pour isoler le jeune empereur et jouer à son tour les dictateurs officieux.

En Russie le bulldozer russe se brise sur les armées allemandes, mais il sauve la France en maintenant la pression sur le front oriental. Le tsar prend le commandement en chef. Cette démarche entraîne des conséquences redoutables ; à Petrograd, nouveau nom de Saint Pétersbourg, la tsarine fait office de régente alors qu'elle est entre les mains de Raspoutine dont le pouvoir est désormais sans frein. Le chaos dans l'administration, la disette et le défaitisme rongent rapidement les ultimes apparences du pouvoir impérial. L'assassinat de Raspoutine par le prince Youssoupov et le grand duc Dimitri intervient trop tard ; il prouve seulement que même la haute aristocratie a désormais abandonné le tsarisme. La révolution de février éclate quelques jours plus tard.

L'effondrement de la Russie offre un répit illusoire aux Allemands et aux Autrichiens qui croient avoir gagné la guerre alors qu'un ultime sursaut des alliés, soutenus par les américains emporte finalement la décision. Guillaume s'enfuit honteusement en Hollande tandis que Charles et Zita s'accrochent à leur légitimité et tentent de reprendre pied dans le dernier lambeau de leur empire disloqué où ils comptent encore des partisans : la Hongrie. Mais l'amiral Horthy qui leur avait pourtant juré fidélité, devenu le nouveau maître de Budapest, fait échouer les tentatives de restauration et les livre aux alliés qui les exilent à Madère. Charles y meurt d'épuisement et de désespoir, dans la misère à l'âge de 33 ans.

Les empires centraux ont cédé la place à des républiques en pleine convulsion sociale. Mai la Russie où le pouvoir a été saisi par les bolcheviks parait la plus indéchiffrable. C'est par bribes et lentement que l'on apprend la vérité sur l'agonie des Romanov, notamment par les récits de Maria Féodorovna et des soeur du tsar qui sont parvenues à s'échapper. L'effroyable vérité apparaît bientôt : emprisonnée puis exilée en Sibérie, la famille impériale comme tous les autres Romanov pris au piège de la révolution, a été massacrée durant l'été 1918.

Le Kaiser Guillaume finira tranquillement ses jours en Hollande en 1941, non sans avoir envoyé un télégramme de félicitations à Hitler pour la chute de Paris…



L'agonie des Aigles
K.F. Hann & CieL'impératrice Alexandra Feodorovna avec ses deux filles Olga et Tatiana1896Epreuve sur papier abulminéH. 14,8 ; L. 10,4 cm© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay)

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube