Musée d'Orsay: La vie criminelle d'Archibald de la Cruz (Ensayo de un crimen)

La vie criminelle d'Archibald de la Cruz (Ensayo de un crimen)

Réalisation : Luis Buñuel
Mexique, 1955, 100 min
VOST

Scénario : Luis Buñuel, Eduardo Ugarte
Avec : Ernesto Alonso, Miroslava, Rita Macedo

Archibald de la Cruz pense qu'il est coupable de crimes commis grâce au pouvoir d'une boîte à musique.

Luis Buñuel a été profondément marqué par la lecture de Sade, dont l'oeuvre hante presque toute sa filmographie. L'Age d'or, El ou Belle de jour sont des films plus clairement sadiens que La vie criminelle d'Archibald de la Cruz. Cependant ce film répond plus parfaitement que les autres à ce qui touchait le plus Buñuel chez Sade : la démonstration du pouvoir illimité de l'imagination, et de son "innocence". C'est pourquoi le cinéaste refusait l'assimilation de l'écrivain avec toute forme de fascisme : "Sade, disait-il, ne faisait qu'imaginer ses crimes, comme une façon de se libérer de ses pulsions meurtrières". En ce sens, Archibald de la Cruz est sadien parce qu'il est assassin par la pensée mais jamais dans les actes.



La vie criminelle d'Archibald de la Cruz (Ensayo de un crimen)
Luis BuñuelLa vie criminelle d'Archibald de la Cruz 1955© Films sans frontières

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube