Musée d'Orsay: La photographie au tournant du siècle du Pictorialisme à Eugène Atget

La photographie au tournant du siècle du Pictorialisme à Eugène Atget

ARCHIVE
2003

1

2

3

4

Photographie
Pierre Bonnard Modèle retirant sa blouse dans l'atelier parisien de Bonnard© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Jean Schormans
La photographie du tournant du siècle
La simplification de la technique est l'élément déterminant du changement radical qui s'opère dans la pratique de la photographie au tournant du siècle.

La mise au point, à partir de 1871, des plaques au collodion sec, puis l'apparition de celles au gélatino-bromure d'argent pour les négatifs, et du papier aristotype pour les tirages, que l'on achète prêts à l'emploi, marquent les premières étapes de ce bouleversement.
photographie
Paul HavilandFemme nue ouvrant une porte (Florence Peterson)© photo musée d'Orsay / RMN
Autour de 1888, survient la mise sur le marché de petits appareils (le Kodak étant le plus célèbre) tenant dans la main, avec une bobine de films, puis de la plaque autochrome, elle aussi vendue prête à l'emploi. La photographie est désormais accessible à un million d'amateurs qui n'ont plus besoin, comme c'était le cas auparavant, de consacrer beaucoup de temps et d'énergie à ce "hobby" dont il n'est plus nécessaire de connaître la technique.

Les films souples sur gélatine des appareils portables sont encore plus photosensibles que les négatifs verre et permettent de réaliser, dehors, un véritable instantané, au 40ème de seconde. Ces nouvelles possibilités offertes par la technique - sans oublier l'extrême mobilité de l'appareil qui permet désormais d'adopter les points de vue les plus divers - vont donner naissance à une nouvelle esthétique de l'instantané, qui est une des caractéristiques de la photographie du tournant du siècle.

1

2

3

4


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube