Musée d'Orsay: Ferdinand Hodler (1853-1918)

Ferdinand Hodler (1853-1918)

ARCHIVE
2007

1

2

3

4

5

6

7

8

Hodler et le symbolisme

Ferdinand HodlerLe Furieux© Kunstmuseum, Bern
Au milieu des années 1880, Hodler rencontre à Genève des poètes, critiques et journalistes, tels Louis Duchosal, Mathias Morhardt, Edouard Rod. Admirateurs de Wagner, Mallarmé et Verlaine, ils constituent les premiers cercles symbolistes de Genève auxquels Hodler participe étroitement. Ils sont également en contact avec les milieux artistiques parisiens et renforcent très certainement l'envie du jeune peintre de s'y voir consacré.
Depuis le début des années 1881 en effet, Hodler cherche à élargir son audience : en 1881, il expose à la Société nationale des Beaux-Arts, un autoportrait sous le titre Le Furieux, il montre également quelques oeuvres à Londres. En 1885, une première exposition particulière est organisée à Genève, puis à Berne en 1887. Même si elles n'apportent pas au peintre la reconnaissance escomptée, elles contribuent à l'imposer comme un des artistes les plus importants en Suisse.

 

Ferdinand HodlerRegard vers l'éternité© Kunstmuseum, Bern
L'art de Hodler évolue vers un réalisme doublé d'idéalisme et de symbolisme. Les portraits des artisans au travail et des déshérités sont le point de départ d'une réflexion plus vaste sur la destinée humaine. Regard dans l'éternité constitue un jalon : un vieillard taille le cercueil d'un enfant. Si Hodler restitue avec soin les détails du travail du menuisier, il relie la scène à un ordre supérieur par l'attitude de prière du personnage, la composition rigoureuse et la lumière puissante.

Progressivement dépouillé de toute référence à la vie quotidienne ou à un environnement social déterminé, le thème évolue à travers des processions ou des regroupements de vieillards accablés vers une mise en scène radicale de notre inexorable marche vers la mort . Car la mort est bien en cette période de la fin des années 1880 et du début des années 1890, l'obsession d'un peintre qui dès l'enfance a été confronté à la perte des siens : il en fait la démonstration avec La Nuit, peint en 1889-1890, oeuvre maîtresse et manifeste du symbolisme hodlérien.

1

2

3

4

5

6

7

8


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube