Musée d'Orsay: Le Néo-impressionnisme, de Seurat à Paul Klee

Le Néo-impressionnisme, de Seurat à Paul Klee

ARCHIVE
2005

1

2

3

4

5

6

7

tableau
Albert Dubois-PilletSaint-Michel d'Aiguilhe sous la neige© Musée Crozatier, Shop-Photo
Grâce aux écrits de Fénéon, qui procurent au mouvement une unité théorique et à la promotion efficace de Signac, qui rassemble autour de lui des peintres attirés par le renouveau esthétique que propose cette peinture, le néo-impressionnisme fait rapidement des émules en France et en Europe. Seurat redoute alors de voir sa technique se répandre et devenir une sorte de "méthode", impersonnelle. Pourtant le néo-impressionnisme ne se réduit pas à une froide application mécanique de principes scientifiques. Seurat lui-même a construit sa technique de façon empirique, multipliant les recherches et les expérimentations, n'arrivant que très progressivement à la touche divisée.
Ainsi, entre 1880 et 1883, il s'est essentiellement consacré au dessin et a réalisé de magnifiques études au crayon Conté dans lesquelles, par le simple jeu du contraste, les figures surgissent de l'opposition entre l'ombre et la lumière. "L'harmonie des contrastes", déjà. Par la suite les grandes toiles de Seurat sont toujours précédées d'innombrables esquisses, les "croquetons", qui préparent l'oeuvre finale.

1

2

3

4

5

6

7


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube