Musée d'Orsay: Le dernier portrait

Le dernier portrait

ARCHIVE
2002

1

2

3

4

5

Masque
AnonymeL'Inconnue de la Seine© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Certaines de ces "belles morts" se sont prêtées à tous les fantasmes, comme le célèbre masque de L'Inconnue de la Seine, qui passe pour le moulage du visage d'une jeune noyée, pris à la Morgue vers 1898-1900. Ce visage pur et virginal a suscité l'imagination à la fois d'un Aragon ou d'un Man Ray, au point de devenir, dans l'entre-deux guerres, un mythe visuel et littéraire.

photographie
Albert RudomineLa Vierge inconnue, Canal de l'Ourcq© DR - Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Mais il s'est trouvé des artistes pour commettre le sacrilège : ainsi Arnulf Rainer s'est-il emparé, à la fin des années 1970, de photographies de masques mortuaires de grands hommes - Beethoven, Frédéric II - pour les repeindre, les maculer, les griffer. Est-ce la métaphore du tabou de la représentation de la mort, qui est apparu au cours du XXe siècle ?

Aujourd'hui, en exposant ces oeuvres, nous souhaitons montrer qu'une lecture pluridisciplinaire, nourrie notamment des apports récents de l'histoire des mentalités, en est désormais possible et qu'elles peuvent rencontrer notre sensibilité contemporaine.

1

2

3

4

5


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion