Musée d'Orsay: Maurice Denis

Maurice Denis

ARCHIVE
2006

1

2

3

4

Tableau
Maurice DenisLa Légende de saint-Hubert. Le défaut© DR
Les dernières salles du parcours mettent en scène trois cycles décoratifs. Le premier, L'Amour et la vie d'une femme (musée départemental Maurice Denis et coll. part.), dérivé d'un décor pour le grand marchand de l'Art Nouveau, Siegfried Bing, a été peint à partir de 1896 par l'artiste pour sa propre chambre et a été modifié au gré des déménagements et de ses réinstallations successives jusqu'en 1922. Denis y déroule magnifiquement le récit de la vie d'une femme, des fiançailles à la consécration de la maternité, rythmé par des mystérieuses vues d'un jardin édénique. Lui succède la reconstitution de La Légende de Saint-Hubert (musée départemental Maurice Denis), réalisée en 1897-1898 pour le baron Henry Cochin : cette chasse symbolique marque un tournant dans l'oeuvre du peintre qui est confronté pour la première fois à de si vastes formats. La réussite de ce projet lui attire l'admiration d'Ivan Morosov qui lui passe ainsi commande d'un des plus spectaculaires ensembles décoratifs privés de Maurice Denis : le cycle de Psyché. Présenté pour partie en 1908 et en 1909 à Paris avant d'être installé à Moscou, l'ensemble n'avait plus été revu en France depuis. Pour ce décor, Denis avait sollicité Maillol dont il est alors très proche : quatre bronzes comparables aux sculptures initiales accompagnent la présentation exceptionnelle des panneaux de Denis, conservés au musée national de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg.

1

2

3

4


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube