Musée d'Orsay: Józef Mehoffer (1869-1946). Un peintre symboliste polonais

Józef Mehoffer (1869-1946). Un peintre symboliste polonais

tableau
Józef MehofferL'étrange jardin© Musée national de Varsovie
Le musée d'Orsay consacre une exposition au peintre polonais Józef Mehoffer (Ropczyce, 1869-Wadowice, 1946). Il ne s'agit pas d'une rétrospective. Le propos est de présenter au public français, qui ne connaît de cet étonnant artiste que l'un de ses chefs-d'oeuvre, L'Etrange Jardin (Varsovie, musée national) - exposé à deux reprises à Paris, aux Galeries nationales du Grand Palais, à l'occasion du Symbolisme en Europe (en 1976) et de 1900 (en 2000) -, une trentaine de peintures et cartons de fresques et vitraux appartenant à la période couverte par le musée d'Orsay. Une telle exposition s'inscrit tout naturellement dans la politique du musée visant à faire découvrir la production des artistes étrangers de l'époque, politique inaugurée en 1996 avec l'exposition consacrée au peintre allemand Adolph Menzel.

tableau
Józef MehofferAutoportrait© Musée national de Poznán
Au sein de cette entreprise, l'art polonais avait déjà retenu l'attention : en 2000 avait été montrée l'oeuvre du peintre Jacek Malczewski (1854-1929), de quelques années l'aîné de Mehoffer. Tous deux comptent parmi les personnalités les plus marquantes de l'avant-garde qui se développe au tournant du siècle sous le vocable de "Jeune Pologne", appellation significative de la volonté de rompre, d'un point de vue plastique, avec l'héritage du passé.

Pour cela, Mehoffer, contre l'avis de son maître Jan Matejko (1838-1893), directeur de l'Ecole des beaux-arts de Cracovie et peintre célèbre pour ses grandes évocations des épisodes tragiques et glorieux de l'histoire polonaise, se rendit à Paris en 1891. Il demeura en France jusqu'en 1895 - ce séjour est représenté dans l'exposition par deux oeuvres de 1894 conservées au musée national de Poznán, Place Pigalle à Paris et Autoportrait. Ce voyage avait été précédé d'un an d'études à Vienne. De son vivant, la réputation de l'artiste dépassa largement les frontières de son pays. Sa participation remarquée aux Expositions universelles de Paris en 1900 et de Saint Louis en 1904 lui valut ainsi une médaille d'or. Il fut membre par ailleurs de la Sécession viennoise.

Aquarelle
Józef MehofferLes anges aux étoiles© Museum Narodowe w Krakowie
Une telle ouverture sur l'étranger ne porte cependant aucunement ombrage à une action militante vigoureuse pour la reconnaissance d'un art national. En 1897, Mehoffer est du nombre des fondateurs de la société Sztuka, qui proclame l'indépendance de l'art polonais et refuse d'exposer dorénavant dans d'autres pays dans le cadre des sections russe, autrichienne ou allemande.

Aquarelle
Józef MehofferAnge© Musée National de Poznán
C'est dans l'art monumental que l'engagement de l'artiste s'exprime de la manière la plus spectaculaire. On en prendra aisément conscience devant les impressionnants cartons (Cracovie, musée national, et Poznan, musée national) des fresques conçues entre 1901 et 1903 pour des monuments nationaux tels que les cathédrales de Wawel et de Plock.

vitrail
Józef MehofferCaritas© Musée National de Cracovie
Cette activité de décorateur est dominée par une entreprise exceptionnelle qui s'étendra sur près de quarante ans : la réalisation, à la suite d'un concours international remporté en 1895, des verrières pour treize fenêtres de la cathédrale Saint-Nicolas de Fribourg (Suisse). Ces compositions, riches et foisonnantes, dans lesquelles les figures humaines se fondent dans une nature décorative artificielle aux couleurs intensément lumineuses, relèvent du symbolisme et de l'Art nouveau tout en rendant hommage aux traditions nationales.

tableau
Józef MehofferMédusa© Musée de l'Université Jagellone
Il en va de même pour la peinture de chevalet. Non seulement par les thèmes - La Muse, 1904 (Cracovie, musée national) ou encore Méduse, 1904 (Cracovie, musée de l'Université Jagellons) -, mais par un refus du naturalisme, de l'illusion de la profondeur, au profit de la valeur décorative des lignes et des couleurs.

tableau
Józef MehofferPortrait de la femme de l'artiste sur fond jaune© Musée National de Varsovie
Cet aspect est particulièrement saisissant dans l'admirable suite des portraits que l'artiste réalisa de son épouse, qu'il s'agisse de portraits en pied ou en buste. L'élégante silhouette, parfois hiératique, de Jadwiga Mehoffer, et la beauté sereine de son visage se détachent, selon un parti proche de celui adopté par les artistes de la Sécession viennoise, sur des fonds richement ornés se confondant avec les luxueuses étoffes dans lesquelles sont taillées les robes du modèle. Et c'est à nouveau Jadwiga, enveloppée dans une soie changeante et bruissante, contrastant avec la nudité blonde de son fils, qui, par une chaude journée d'été, s'abandonne dans l'atmosphère luxuriante teintée de surréalisme de L'Etrange Jardin, dont le caractère énigmatique n'est toujours pas élucidé.