Musée d'Orsay: Autour de 1900 : un ensemble Art Nouveau. La donation Rispal

Autour de 1900 : un ensemble Art Nouveau. La donation Rispal

1

2

3

Table à ouvrage
Charles-Guillaume DiehlTable à ouvrage© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Le 15 août 2003 disparaissait Antonin Rispal, à l'âge de quatre-vingt trois ans. Pendant plus d'une trentaine d'années, ses boutiques parisiennes du village suisse et de l'avenue de la Bourdonnais furent un passage obligé pour tout amateur d'Art Nouveau.

Pourtant rien ne prédestinait Antonin Rispal au métier d'antiquaire pas plus qu'à tenir un rôle de premier plan dans la redécouverte et dans la réhabilitation de l'Art Nouveau. Originaire du Cantal il était issu d'un milieu de cultivateurs peu fortunés. Dernier de sept enfants et orphelin de père très jeune, il avait passé une partie de son adolescence à seconder sa mère dans l'exploitation du tout petit domaine familial, notamment en gardant les moutons.

En 1945, accompagné de son épouse, il se rend à Paris pour chercher du travail, comme bon nombre de ses compatriotes auvergnats, dans l'hôtellerie. La réussite ne se fait pas attendre : au début des années 1950 il devient propriétaire d'un établissement avenue de la Bourdonnais, le Mars-Hôtel.

A cette époque la passion de la collection s'est déjà emparée de lui, un cousin lui ayant fait découvrir quelques années plus tôt l'univers des pots à tabac.

Pot
VallerysthalPot à décor d'orchidées© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Cette passion le conduit à fréquenter brocanteurs et puciers. Ses regards semblent très rapidement attirés par le style 1900, alors objet d'un discrédit quasi général, ainsi qu'il le rappellera en 1988 : "Tout a commencé il y a près de 40 ans. Au début j'allais chiner le dimanche aux puces et chez les brocanteurs. Les objets 1900 n'étaient pas très en vogue à l'époque. Le soir, jusqu'à 3 ou 4 heures du matin j'astiquais mes trouvailles, amoureusement".

Loin de lui l'idée de faire alors commerce de ses découvertes. Cependant il faut un jour songer à résoudre l'épineux problème du stockage. Aussi décide-t-il d'ouvrir boutique à la fin de l'année 1967, à l'occasion de la rénovation du village suisse, situé à quelques minutes de marche du Mars-Hôtel.

1

2

3


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube