Musée d'Orsay: Lewis Carroll photographe

Lewis Carroll photographe

photographie
Lewis CarrollXie Kitchin in "Rosy Dreams and Slumbers Light"© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / DR
Dans le cadre de la saison anglaise, et pour commémorer le centenaire de la mort de Lewis Carroll (1832-1898), le musée d'Orsay présente un accrochage de 25 photographies de ce dernier, acquises par le musée depuis sa création. Car l'auteur d'Alice au pays des merveilles, fut également, pendant vingt cinq ans, de 1855 à 1880, un photographe amateur de talent, essentiellement portraitiste, dont le sujet de prédilection était le monde de l'enfance. Plus que de simple mises en images de son univers littéraire, ses photographies en sont un véritable complément : portraits et mises en scène d'enfants, d'artistes, de personnalités du théâtre...

On retrouve dans cet accrochage quelques photographies d'un de ses modèles préférés, la jeune Alexandra Kitchin dite Xie, fille d'Alice et de Georges Kitchin, un de ses collègues d'Oxford. Celle-la posa pour lui à de nombreuses reprises, dès l'âge de 4 ans et fréquemment déguisée, de 1869 à 1880. On pourra également découvrir toute une série de portraits de la famille de l'actrice Ellen Terry, dont Lewis Carroll, grand amateur de théâtre, était un fervent admirateur et qu'il avait découvert, en 1856, alors âgée de 9 ans, sur la scène du Princess, dans Un Conte d'Hiver de Shakespeare. Ce n'est cependant que neuf ans plus tard, en juillet 1865, qu'il la photographia pour la première fois, chez ses parents, à Londres. De cette série ne subsistent aujourd'hui que les négatifs sur verre, aucun tirage original n'en étant connu. Ce sont donc des épreuves modernes, réalisées à partir des négatifs originaux, qui seront présentées ici. A cela s'ajoute quelques négatifs d'une série différente que les recherches menées par Edward Wakeling, spécialiste de Lewis Carroll, ont permis récemment d'identifier comme étant des prises de vues réalisées en 1874, en collaboration avec le peintre Henry Holiday, futur illustrateur de La Chasse au Snark.

Dans la série de portraits des frères et soeurs d'Ellen Terry, comme dans les photographies d'Alexandra Kitchin, on retrouve la fascination de Carroll pour le monde de l'enfance dont il fut un des plus brillants et des plus assidus portraitistes. Assurément ce dernier entretenait avec ses jeunes modèles des relations privilégiées, déployant des trésors d'astuce et de patience pour les faire tenir en place le temps de la pose, qui, selon ses propres dires, ne durait jamais moins de quarante secondes. Mais les attitudes étudiées, les costumes et la présence d'Ellen Terry dans certaines de ces photographies sont aussi un écho de la passion de Carroll pour le théâtre comme pour les "Tableaux miniatures", interprétés par de jeunes enfants, et très prisés du public victorien.


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube