Musée d'Orsay: Paul Signac (1863-1935)

Paul Signac (1863-1935)

1

2

3

tableau
Paul SignacRoute de Gennevilliers© RMN-Grand Palais/ DR
Avec 81 peintures et 53 oeuvres sur papier, cette rétrospective propose la redécouverte d'un artiste longtemps resté dans l'ombre de Seurat et dont la dernière exposition monographique, présentée au Louvre en 1963, remonte donc à plus de 35 ans.

tableau
Paul SignacLes deux cyprès. Opus 241 (Mistral)© RMN-Grand Palais / DR
La présentation, chronologique, retrace le parcours de Signac à travers quatre sections : "Impressionnisme", "Néo-impressionnisme", "Saint-Tropez" et "Ports et voyages", dans lesquels sont ménagés, pour quelques oeuvres particulièrement importantes (comme Un Dimanche, 1888-1890 et Au Temps d'Harmonie, 1893-1895), des dossiers regroupant les études préparatoires peintes et dessinées.

tableau
Paul SignacLe Pont Royal (Paris). Inondations © RMN-Grand Palais / DR
L'intérêt de Signac pour la peinture se manifeste très tôt : "Ma famille voulait faire de moi un architecte, mais je préférais dessiner sur les bords de la Seine que dans un atelier de l'École des Beaux-Arts". De 1881 date le premier tableau que nous conservons de lui. Pour se former, il fréquente les expositions et les galeries, étudie les œuvres de Manet, Monet et des Impressionnistes, en particulier de Guillaumin. Dans leur sillage, il réalise des œuvres énergiques où prime le plaisir de la matière: "çà consistait à empâter des rouges, des verts, des bleus et des jaunes, sans grand souci mais avec enthousiasme". Signac n'en réalise pas moins quelques compositions plus méditées comme La Route de Gennevilliers, 1883.

1

2

3


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube