Musée d'Orsay: Le modèle noir de Géricault à Matisse

Le modèle noir de Géricault à Matisse

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

Study of a Model; Théodore Géricault (French, 1791 - 1824); France; about 1818 - 1819; Oil on canvas; 47 � 38.7 cm (18 1/2 � 15 1/4 in.); 85.PA.407
Théodore GéricaultEtude d'homme, d'après le modèle Joseph© Photo Courtesy The J. Paul Getty Museum, Los Angeles

Géricault et la présence noire

Théodore Géricault (1791-1824) est adolescent lorsque Napoléon Ier, qui souhaite reconstruire un puissant empire français aux Amériques, fait rétablir l'esclavage dans les Caraïbes. La législation particulièrement restrictive qui accompagne ce rétablissement (interdiction des mariages interraciaux, interdiction d'accès à la métropole pour les Noirs des colonies…) explique le regain du mouvement abolitionniste, auquel participe Géricault. Ce dernier met sa fougue romantique au service de cette cause, multipliant les représentations énergiques ou doloristes des Noirs.

Sa correspondance ne dit rien des femmes et hommes de couleur qu'il fit poser, mais nous savons qu'il eut recours au célèbre modèle Joseph, originaire d'Haïti, aussi représenté par Théodore Chassériau. Pour son oeuvre iconique, Le Radeau de la Méduse, Joseph incarne le marin torse nu, agitant au sommet du tonneau le foulard du dernier espoir collectif.

Le tableau, qui relate la funeste expédition coloniale de la frégate La Méduse à l'été 1816, au large des côtes de l'actuelle Mauritanie, a connu plusieurs étapes.
Si la première esquisse frappe par l'absence de tout Noir, la composition finale en compte trois, soit deux de plus que ce que l'Histoire nous rapporte. En multipliant les figures noires dans son tableau, Géricault résume ainsi son combat fraternitaire, et dote la cause abolitionniste d'un symbole décisif.

Jean-Baptiste CarpeauxPourquoi naître esclave ?© Musée des Beaux-Arts de la Ville de Reims / C.Devleeschauwer

L'art contre l'esclavage

Le 29 mars 1815, Napoléon Ier abolit la traite négrière, décision qui sera confirmée par Louis XVIII, quelques années plus tard. Malgré la pression accrue des abolitionnistes, le système esclavagiste, lui, perdure ; les gouvernements successifs de la Restauration et de la monarchie de Juillet se contentant de le réformer.

Du côté des peintres, le ton se durcit. La Traite des noirs de François-Auguste Biard fait sensation au Salon de 1835. D'autres osent dénoncer ce qu'endurent les victimes d'un système inhumain. C'est le cas de Marcel Verdier, élève d'Ingres, qui, en 1843, se voit refuser au Salon son Châtiment des quatre piquets.

Il faut attendre le 27 avril 1848 pour que la Deuxième République naissante abolisse l'esclavage dans les colonies françaises. Biard est chargé de célébrer cette mesure symbolique : Noirs et Blancs sont rassemblés dans un tableau où la liesse des affranchis, les chaînes brisées et le drapeau tricolore célèbrent avec emphase l'unité fraternelle du nouvel ordre républicain.
L'immense toile de Biard fait ainsi écho aux thèses antiesclavagistes de Victor Schoelcher. C'est aussi à partir du Salon de 1848 que le sculpteur Charles Cordier inventorie la famille humaine dans son unité et sa singulière diversité.

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube