Musée d'Orsay: Léon Spilliaert (1881-1946). Lumière et solitude

Léon Spilliaert (1881-1946). Lumière et solitude

1

2

3

4

5

6

7

Intérieur

Léon SpilliaertToute seule© Photo: Guy Braeckman (AD/ART) © SABAM Belgium 2016
En référence à une pièce de théâtre de Maeterlinck intitulée Intérieur (1894), illustrée par Spilliaert, sont réunies des oeuvres qui évoquent la dramaturgie d'avant-garde du tournant du siècle.

Lugné-Poe, fondateur du Théâtre de l'OEuvre, qui avait mis en scène à Paris les pièces de Maeterlinck et d'Ibsen, avec la participation des artistes Nabis, voulait rendre visible "la vie des âmes".

Spilliaert peint des personnages solitaires, désincarnés, fantomatiques, souvent lugubres, dans des espaces clos et oppressants. Misère et Toute seule évoquent l'univers expressionniste et tourmenté d'Edvard Munch, tandis que La Buveuse d'absinthe, sujet moderne peint par Manet, Degas, Toulouse-Lautrec, Félicien Rops, Picasso, semble venir d'outre-tombe pour vampiriser le spectateur de son regard halluciné. Parfois, au contraire, les figures n'ont pas de regard, telle cette jeune femme spectrale assise face au mur, entre les fenêtres. C'est un univers hanté par la mort, plus que jamais présente dans la chambre à coucher au lit blanc comme un linceul.

1

2

3

4

5

6

7


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube