Musée d'Orsay: Yan Pei-Ming, Un enterrement à Shanghai

Yan Pei-Ming, Un enterrement à Shanghai

Yan Pei-Ming© Photo Marie Clérin
Quand il arrive en France en 1980, Yan Pei-Ming, alors âgé de vingt ans, se rend immédiatement à Ornans, terre de Gustave Courbet. Trente-neuf ans plus tard, devenu un des peintres les plus magistraux de notre temps, il s'inspire d'Un enterrement à Ornans, chef-d'oeuvre du réalisme, pour créer Un enterrement à Shanghai, conçu spécialement pour le musée d’Orsay en célébration du 200e anniversaire de Courbet.

Yan Pei-Ming rend hommage à Gustave Courbet en réalisant une oeuvre monumentale composée de trois peintures, Un enterrement à Shanghai. La toile centrale de ce projet, peinte à l'échelle exacte d'Un enterrement à Ornans (1849-1850), déplace le cadre à la fois géographiquement localisé et intime de l'oeuvre de Courbet pour lui donner une autre signification. La scène se déroule non plus à Ornans, mais à Shanghai, lieu de l'enterrement de la mère de l'artiste ici figuré.

Deux autres toiles également monumentales font partie de l'oeuvre, et associent histoire intime de l'artiste et monumentalité du pouvoir politique par un portrait de sa mère défunte, femme ordinaire, en image de propagande ; et du spirituel, avec un paysage bouddhiste idéalisé, habité d'animaux, qui vient redéfinir le genre du paysage qu'avait déterminé Gustave Courbet.

Avec ce triptyque monumental, Yan Pei-Ming réalise un exploit de technique picturale, tout en revisitant un des chefs-d'oeuvre des collections du musée d'Orsay.

Avec le soutien des American Friends of the Musée d’Orsay (AFMO)


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramYouTube