Henri Rivière graveur et lithographe

Type
Exposition
-
Du 20 juin au 18 septembre 1988
Henri Rivière-Madame Rivière sur le balcon de l'appartement du 29, boulevard de Clichy
Henri Rivière
Madame Rivière sur le balcon de l'appartement du 29, boulevard de Clichy, vers 1896
©ADAGP, Paris © Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt/DR

Extraordinairement apprécié outre-Atlantique, salué par tous les spécialistes de la gravure sur bois comme un maître insurpassé, Henri Rivière (1864-1951) reste méconnu du public français. En marge de l'impressionnisme et du japonisme, autodidacte indifférent aux modes, technicien prodigieux et infatigable, avide de perfection, Rivière avait encore le tort d'être modeste et discret.
Il fréquenta assidûment le cabaret du Chat Noir, côtoya régulièrement Degas, fut le lithographe le plus apprécié de l'imprimeur Verneau. Il rassembla encore une des plus intéressantes collections parisiennes d'objets d'Extrême-Orient.
Mais rien de tout cela n'importait à ses yeux, comparé à son incessante méditation poétique sur la nature, son amour pour sa femme et son amitié pour quelques amis choisis. Ceci justifiait les longues heures passées à peindre en solitaire les paysages de Bretagne à l'aquarelle, dont il laissait s'exprimer la beauté fruste. Les couleurs émouvantes des planches du "Bleu Pays de Bretagne" lithographiées par ses soins une fois rentré à Paris, ou le choix des teintes feutrées et translucides des gravures sur bois des "Paysages bretons" révèlent un artiste d'une facture surprenante.
Tout respire dans l'oeuvre de Rivière la simplicité, le "naïf sublime", l'intransigeance du monde de l'enfance, la foi (sans religiosité) dans la nature, éternelle source d'inspiration. Là réside peut-être le secret d'un artiste vivant en dehors du temps, comme indifférent au succès et aux mondanités.

Commissariat

  • François Fossier, conservateur au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale, Françoise Heilbrun, conservateur en chef au musée d'Orsay et Philippe Néagu, conservateur au musée d'Orsay