Klinger / Brahms gravure, musique et fantaisie

Type
Exposition
-
Du 02 octobre 2001 au 13 janvier 2002
Max Klinger-Accords, Brahmsphantasie, opus XII - page 1
Max Klinger
Accords, Brahmsphantasie, opus XII - page 1, 1894
©Gerstenberger, Museum der bildenden Künste/DR

Parallèlement à la rétrospective consacrée à Böcklin, il a paru intéressant de présenter un autre aspect de l'art "germanique". Max Klinger (1857-1920), peintre, sculpteur, graveur et écrivain allemand est peu connu du public français. Il offre un contrepoint pertinent à son aîné suisse, qu'il admirait particulièrement. La part la plus secrète de l'art de Klinger est certainement son oeuvre gravé (plus de quatre cent planches), qui puise sa singularité dans la musique, notamment celle de Johannes Brahms (1833-1897). La Brahmsphantasie, ensemble spectaculaire de quarante et une gravures inspirées par des partitions de Brahms, sera exposée dans sa totalité. Klinger les a conçues comme un prolongement visuel de la musique et elles permettent d'apprécier pleinement sa richesse d'invention et sa virtuosité technique. Les spécialistes la considèrent comme le chef-d'oeuvre de la gravure allemande du XIXe siècle.
En complément, une sélection de manuscrits autographes de Brahms évoque la relation qui s'est établie entre les deux artistes, sur une vingtaine d'années.
Portraits, partitions annotées, correspondance prolixe de Brahms avec son éditeur Fritz Simrock au sujet de Klinger révèlent l'univers artistique qui a pu unir les deux créateurs. La partition des Quatre Chants sérieux, dédiée par Brahms à Max Klinger, est un ultime hommage du musicien au peintre.

Plus d'information

Cliquer ici

Commissariat

  • Emmanuelle Héran, conservateur au musée d'Orsay et Pierre Korzilius, chargé de la programmation musicale au musée d'Orsay