Le « Talisman » de Sérusier, une prophétie de la couleur

Type
Exposition
-
Du 30 juin 2018 au 06 janvier 2019
Le Talisman, l'Aven au Bois d'Amour, Paul Sérusier, Musée d'Orsay © Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Paul Sérusier, Le Talisman, l'Aven au Bois d'Amour
musée d'Orsay, en 1888, Acquis avec le concours de M. Philipe Meyer, par l'intermédiaire de la Fondation Lutèce, 1985
©Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Chapeau
La petite étude de plein-air réalisée par Sérusier à Pont-Aven en 1888, « sous la direction de Gauguin » comme l'indique l'inscription manuscrite au revers du panneau, a d'emblée été élevée au rang d'icône.
Paul Sérusier-Le Talisman, l'Aven au Bois d'Amour
Paul Sérusier
Le Talisman, l'Aven au Bois d'Amour, Octobre 1888
©Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt/DR

Dès que l'artiste, de retour à l'Académie Jullian, présente aux Nabis ce paysage synthétique aux couleurs pures et aux formes simplifiées, ceux-ci le baptisent Le Talisman et l'accrochent au mur de leur lieu de réunion, Le Temple, où il est conservé comme une relique.
À la mort de Sérusier, en 1927, Le Talisman rejoint la collection de Maurice Denis, qui avait contribué à en faire une oeuvre fondatrice en livrant le récit de sa création à la revue Occident en 1903 :

« Comment voyez-vous cet arbre, avait dit Gauguin devant un coin du Bois d'Amour : il est vert. Mettez donc du vert, le plus beau vert de votre palette ; et cette ombre, plutôt bleue ? Ne craignez pas de la peindre aussi bleue que possible ».

Ainsi nous fut présenté pour la première fois, sous une forme paradoxale inoubliable, le fertile concept de la « surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées ».
L'étude de Sérusier a ainsi été placée au centre d'une sorte de mythe d'origine qui en fixe l'interprétation : une leçon de peinture délivrée par Paul Gauguin inspirant au jeune peintre le manifeste d'un art qui remplace une approche mimétique par la recherche d'un équivalent coloré. C'est à l'aune de cette présentation que la postérité verra dans ce tableau l'annonce d'une nouvelle conception de la peinture : pure, autonome et abstraite.

Documents

Communiqué de Presse
pdf, 738.74 Ko
Télécharger
Dossier de Presse
pdf, 2.91 Mo
Télécharger

Commissariat

 

  • Estelle Guille des Buttes-Fresneau, directrice du musée de Pont-Aven
  • Claire Bernardi, conservatrice au musée d'Orsay
  • Exposition également présentée au musée d'Orsay du 29 janvier au 28 avril 2019

 

Partenaires ou Mécènes

Partenariats médias

Partenaire