Photographies de Loïe Fuller

Type
Exposition
-
Du 25 février au 31 mai 1992
Attribué à Harry C. Ellis-Loïe Füller enroulée dans son voile
Attribué à Harry C. Ellis
Loïe Füller enroulée dans son voile, Entre 1900 et 1928
©RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / DR/DR

La danseuse américaine Loïe Fuller (1862-1928) que l'on appelait complaisamment la "danseuse serpentine" ou la "nymphe des fontaines lumineuses" connut un succès immense aux Folies-Bergère en 1892. Au moment où les formes d'expression chorégraphique se multipliaient en Europe, elle proposa au public parisien une série de danses d'un esprit complètement nouveau. Vêtue de robes amples articulées par des baguettes, elle eut l'idée de créer une danse où ses jeux de voiles, illuminés par des projecteurs électriques aux couleurs changeantes, dessinaient sur scène des arabesques spectaculaires. Elle fonda un groupe de "ballets" qui représentaient les "Féeries fantastiques de Loïe Fuller".
Ses danses métamorphiques et ses chorégraphies donnèrent lieu à la fin du XIXe siècle à une véritable "révolution esthétique ". De Stéphane Mallarmé à Jean Lorrain, les écrivains rivaliseront de métaphores et de comparaisons pour restituer les formes qui se déployaient sur scène - nuages, calices, papillons, flammes - ...
Plusieurs photographes européens et américains ont réalisé, avec sa complicité, des images expérimentales qui marquèrent l'avènement de la photographie de danse. Aux attitudes figées des danseurs prenant la pose, ces images substituaient des mouvements d'autant plus surprenants, que la lenteur des émulsions photographiques ne permettait qu'imparfaitement de les arrêter. Il en résulta une série de déformations visuelles créant l'illusion de l'accélération du mouvement.
Une cinquantaine de photographies sur les chorégraphies de Loïe Fuller et son école de danse sont présentées dans cette exposition-dossier.

Commissariat

  • Philippe Néagu, conservateur au musée d'Orsay