Exposition

Dessins de Georges Seurat et des artistes néo-impressionnistes

Du 15 mars au 10 juillet 2005
Georges Seurat-Naissance de Vénus
Georges Seurat
Naissance de Vénus, Vers 1882
©RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Gérard Blot/RMN / Réunion des Musées Nationaux

C'est autour de Georges Seurat, figure emblématique du mouvement néo-impressionniste que s'organise cette présentation. Le dessin a toujours tenu une place particulière dans l'oeuvre du peintre : on peut même le considérer comme son premier mode d'expression artistique. Non seulement Seurat a commencé à dessiner très tôt, dès 1874, mais il a toujours attaché une grande importance à ce médium. C'est un dessin qu'il présente lors de sa première participation au Salon en 1883.
Ses premiers dessins sont caractéristiques du travail d'un artiste en formation, tant par le choix des sujets représentés que par la technique proprement dite. Mais, très vite, le jeune Seurat décide de rompre avec l'enseignement académique de l'Ecole des beaux-arts, rupture qui se confirme après son retour du service obligatoire en 1880. C'est à cette date qu'il commence également à s'essayer au dessin noir et blanc. Cette technique lui permet alors de traduire sa théorie du contraste en l'appliquant notamment au clair-obscur. Il utilise exclusivement le crayon Conté sur un papier vergé rugueux, sa prédilection allant au papier Michallet. Il a trouvé, grâce aux nombreuses possibilités offertes par ces moyens, la façon de rendre ses recherches sur la lumière.

Georges Seurat-Le dormeur
Georges Seurat
Le dormeur, 1883
©RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / DR/DR

Les dessins de Seurat présentés ici sont pratiquement tous réalisés à partir de cette technique du noir et blanc. Si quelques-uns sont des oeuvres préparatoires pour certains de ses tableaux, comme le Dormeur, la majorité sont des dessins indépendants. On y retrouve l'attachement de l'artiste pour la représentation de la personne humaine dans la banalité de son quotidien. Par leurs motifs aussi bien que par leur style allusif et synthétique, ces dessins ne sont pas sans faire écho à l'oeuvre d'artistes tels que Jean-François Millet ou Honoré Daumier.Seurat, qui peut être considéré comme le maître du dessin noir et blanc de son époque, a fait très tôt des émules, notamment parmi ses amis néo-impressionnistes.

Henri-Edmond Cross-Etude pour le portrait de Mme Cross
Henri-Edmond Cross
Etude pour le portrait de Mme Cross, Vers 1891
© PHOTO RMN - THIERRY LE MAGE-©RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / DR/DR

Si cette technique est familière à certains d'entre eux, notamment à Charles Angrand, d'autres ont plus volontiers pratiqué l'aquarelle. C'est le cas de Paul Signac qui, comme en témoignent les feuilles présentées ici, s'est néanmoins essayé à la manière si particulière du noir et blanc à la suite de sa rencontre avec Seurat.
A côté de ces peintres néo-impressionnistes, auxquels on peut ajouter les noms de Henry Cross, Maximilien Luce ou Theo Van Rysselberghe, figure un artiste quelque peu atypique : Ernest Laurent. Ami fidèle de Seurat il est surtout connu pour son travail de portraitiste. Cependant il a, lui aussi, dessiné à la manière de Seurat. Ses dessins exposés ici ont été réalisés en préparation de son tableau intitulé Scène au bord du ruisseau présentée au Salon de 1884. Si ses dessins n'égalent pas en force ceux de son ami Seurat, Ernest Laurent réussit néanmoins à restituer sur la feuille le pouvoir de la musique sur un auditoire attentif et à créer des images d'une grande force plastique.