Exposition

Manet... Velázquez... La manière espagnole au XIXe siècle

Du 17 septembre 2002 au 12 janvier 2003
Edouard Manet-Le chanteur espagnol
Edouard Manet
Le chanteur espagnol, 1860
©Metropolitan Museum of Art, New York/DR

Au retour d'un bref séjour à Madrid, le 14 septembre 1865, Manet écrit à Baudelaire que Velázquez "est le plus grand peintre qu'il y ait jamais eu".
Fasciné par l'Espagne, il est venu juger sur place la manière de peindre d'un artiste essentiellement exposé au musée royal de Madrid.
Présentée au musée d'Orsay, puis au Metropolitan Museum of Art de New York, l'exposition se propose de montrer l'évolution que connaît la peinture du XIXe siècle, qui abandonne progressivement les règles de l'académisme et la technique issue de Raphaël pour les remplacer par une facture plus libre, permettant de mieux saisir la réalité et de donner l'impression de la vie par les touches de couleurs. Ce n'est donc pas une présentation de l'Espagne vue par les voyageurs, même si le thème des courses de taureaux peint par Goya, Dehodencq et Manet, figure dans l'exposition.

Francisco de Goya y Lucientes-La lettre (les jeunes)
Francisco de Goya y Lucientes
La lettre (les jeunes), Vers 1812-1814
©Musée des Beaux-Arts, Lille/DR

Consacrée, pour un tiers, à la manière espagnole de Manet, avant et après son voyage en Espagne, l'exposition présente aussi des oeuvres de ses aînés, contemporains et amis, précédées de quelques-unes des peintures espagnoles appréciées par les artistes français au cours du XIXe siècle.
Une place de choix est faite à Goya, héritier de Velázquez et dernier grand peintre de cour, connu dès l'époque romantique par ses Caprices qui inspirèrent Delacroix, et, plus tard, Constantin Guys et Manet.

Francisco de Zurbarán-Sainte Lucie
Francisco de Zurbarán
Sainte Lucie, Vers 1635-1640
©Musée des Beaux-Arts, Chartres/DR

L'art espagnol, peu exposé en France avant la Révolution, fait son apparition au Louvre, après les guerres napoléoniennes en 1814-1815, avec des chefs-d'oeuvre de Ribera, Murillo et Zurbaran, renvoyés à Madrid à la suite du Congrès de Vienne. Pour qu'une véritable familiarité se confirme, il faudra attendre la Galerie espagnole de Louis-Philippe, installée au Louvre de 1838 à 1848, pour découvrir plus de 400 tableaux, lesquels seront ensuite dispersés à Londres en 1853. On y admire des Goya avec les Jeunes (Palais des Beaux Arts de Lille) et les Majas au balcon, mais la grande révélation est alors la peinture de Zurbaran dont le Saint François en méditation (Londres, National Gallery) est la vedette. Deux tableaux de Corot (musée du Louvre) et de Manet (Fine Arts Museum, Boston) s'en inspirent directement. Millet peint Sainte Barbe (musée des Beaux Arts d'Angers) à la manière d'un Ribera.

Bartholomé Esteban Murillo-Immaculée Conception, dite Conception Soult
Bartholomé Esteban Murillo
Immaculée Conception, dite Conception Soult, 1660-1665
©Musée du Prado, Madrid/DR

Cependant, l'artiste le plus adulé est Murillo. Après la perte de la Galerie espagnole, le Louvre acquiert à grands frais, en 1852, l'Immaculée Conception de Murillo (musée du Prado, depuis l'échange de 1941), mais aussi de plus modestes peintures, comme la Réunion de treize personnages que l'on croit de Velázquez et qui inspire à Manet copies et variations, dont l'Enfant à l'épée (Metropolitan Museum of Art, New York).

Gustave Courbet-La signora Adela Guerrero, danseuse espagnole
Gustave Courbet
La signora Adela Guerrero, danseuse espagnole, 1851
©Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles/DR

La peinture espagnole donne l'exemple d'un réalisme extrême avec ses mendiants, ses bouffons, ses infirmes et ses martyrs. Les réalistes français y trouvent matière, non seulement pour des sujets modernes, mais aussi pour une nouvelle peinture d'histoire, que l'on observe dans la carrière de
quelques-uns des amis de Courbet, Bonvin, et Manet, comme Legros fasciné par Zurbaran, et Ribot qui passe pour un nouveau Ribera.

Henri Regnault-Juan Prim, 8 octobre 1868
Henri Regnault
Juan Prim, 8 octobre 1868, 1869
©RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski/DR

D'autres artistes, Carolus Duran ou Bonnat, fortement marqués par leur séjour en Espagne, sont aussi présents dans l'exposition, le premier par un Autoportrait (musée du Prado, Madrid) qui ressemble à un Velázquez, le second par le Job du Salon de 1880, ridé à la manière d'un Ribera. Quant à Henri Regnault, brillant prix de Rome, il quitte la Villa Médicis pour poursuivre en Espagne ses travaux de pensionnaire ; témoin d'une nouvelle révolution à Madrid, il peint le monumental portrait de Juan Prim ; 8 octobre 1868, (musée d'Orsay) inspiré à la fois par Goya et Velázquez. Ce tableau, placé à l'entrée de l'exposition, résume la situation politique mouvementée de l'Espagne au XIXème siècle. Et c'est au Goya du Dos de Mayo que fait écho l'Exécution de Maximilien de Manet (version de Boston).

Edouard Manet-L'enfant à l'épée
Edouard Manet
L'enfant à l'épée, 1861
©Metropolitan Museum of Art, New York/DR

Les prêts du Metropolitan Museum of Art, co-organisateur de l'exposition, sont particulièrement importants pour l'art espagnol et Manet. Ils permettent de suivre l'artiste à travers les Salons qui ont précédé son voyage en Espagne, avec le Guitarero du Salon de 1861, les deux tableaux qui encadraient Le Déjeuner sur l'herbe au Salon des refusés de 1863 – Mlle Victorine en costume d'espada et Jeune Homme en costume de majo -, le Christ aux anges du Salon de 1864, ainsi que l'Enfant à l'épée de 1861, dont Zola écrivait justement : "On dit qu'Edouard Manet a quelque parenté avec les maîtres espagnols, et il ne l'a jamais avoué autant que dans l'Enfant à l'épée".

Diego Rodríguez de Silva y Velázquez-Le Bouffon Pablo de Valladolid
Diego Rodríguez de Silva y Velázquez
Le Bouffon Pablo de Valladolid, Vers 1636-1637
©Musée du Prado, Madrid/DR

Le musée du Prado prête quatre Velázquez dont le Bouffon Pablo de Valladolid, qui inspire à Manet, après son retour de Madrid, l'Acteur tragique (National Gallery of Art, Washington) et le Fifre (musée d'Orsay), Menippe que l'on retrouve dans ses deux Philosophes (Art Institute, Chicago), le Nain el Primo avec un livre ouvert qui rappelle Emile Zola (musée d'Orsay) où Manet a pris soin de placer une gravure de Goya, d'après les Buveurs de Velázquez (musée du Prado).
L'Artiste (musée de Sao Paulo), refusé au Salon de 1876, est un ultime clin d'oeil aux portraits de Philippe IV en chasseur de Velázquez. Si, dans cette effigie d'un familier - le bohême Marcellin Desboutin -, Manet atteint une nouvelle maîtrise de la touche jetée, en délaissant les gris de l'Acteur tragique pour faire jouer les ocres et les bruns avec le noir, - il n'en reste pas moins fidèle au réalisme espagnol qui sait donner de la dignité à la misère.