Symbolisme et naturalisme : Carlos Schwabe, illustrateur du Rêve de Zola

Type
Exposition
-
Du 28 juin au 25 septembre 1994
Carlos Schwabe-La Mort et le fossoyeur
Carlos Schwabe
La Mort et le fossoyeur, 1900
©Patrice Schmidt/musée d'Orsay-©RMN (Musée d'Orsay) / Jean-Gilles Berizzi/Patrice Schmidt

Cette exposition-dossier a présenté un ensemble d'aquarelles, de dessins, de livres illustrés, de lettres et de documents inédits. Elle évoquait la rencontre surprenante du peintre suisse Carlos Schwabe (1866-1926), figure marquante du symbolisme et de l'idéalisme fin-de-siècle, avec le maître du naturalisme, Emile Zola (1840-1902), à la faveur de l'illustration de son roman Le rêve (1891-1892), paru en 1888.
Autodidacte, Schwabe se fait connaître par son interprétation féerique de L'évangile de l'enfance, illustration exposée au Salon de la Rose+Croix, un des grands événements artistiques de l'année 1892, sous le patronage de Joséphin Péladan, romancier et critique d'art. Un dessin extraordinairement minutieux, teinté d'archaïsme et de déformations, allié à une iconographie visionnaire très originale, caractérisent l'art de Carlos Schwabe. Il s'affirme ainsi, comme un des jeunes créateurs les plus prometteurs de la tendance idéaliste.
Emile Zola achève au même moment le cycle des Rougon-Macquart, monument de la littérature naturaliste. La rencontre paraissait donc improbable entre ces deux personnalités que tout semblait opposer : vision du monde, esthétique, génération. Or, la volonté de l'éditeur Ernest Flammarion, désireux de publier une version illustrée du Rêve, favorise une collaboration imprévue et pleine d'aléas entre les deux hommes.
Les illustrations de Schwabe reposent sur une libre interprétation du texte zolien, proche d'un univers onirique et fantasmatique. Ce qui ne manque pas de surprendre Zola, qui découvre dans ses planches "tant de choses qu'il ne se souvenait pas d'avoir mises dans le livre". L'artiste de vingt-six ans lui répondit crânement qu'il "aurait dû les y mettre" !
L'acquisition par l'Etat, dès 1892, des vingt-trois aquarelles présentées ici, apporte la célébrité à Carlos Schwabe. L'illustration du Rêve demeure une des oeuvres majeures du symbolisme : la thématique expérimentale du roman ainsi que la confrontation de Zola et Schwabe, en firent le lieu d''une représentation des conflits esthétiques et intellectuels de l'époque, opposant naturalisme et idéalisme.

Commissariat

  • Rodolphe Rapetti, conservateur au musée d'Orsay et Jean-David Jumeau-Lafond, historien d'art