François-Rupert Carabin (1862 - 1932)

Femme nue debout de face, la main droite posée sur une chaise, sans pied

François-Rupert Carabin
Femme nue debout de face, la main droite posée sur une chaise, sans pied
entre 1895 et 1910
épreuve sur papier albuminé à partir d'un négatif verre au gélatino-bromure d'argent
H. 17,5 ; L. 12,0 cm.
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Alexis Brandt
Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les artistes utilisent fréquemment la photographie en lieu et place du modèle vivant. Courant dans le domaine pictural, cet usage semble en revanche plus rare dans le domaine sculptural, peut-être à cause de la difficulté de transposition d'une image en deux dimensions en un objet en ronde bosse.
Carabin fait exception à cette règle. Entre 1890 et 1914, il produit plus de 600 clichés, essentiellement des nus féminins, qui constituent un fond d'attitudes et de postures originales pour son travail de sculpteur. Dans cette production, l'originalité des poses et des attitudes contraste vivement avec les habituelles photographies pour artistes. Mais c'est avant tout par leur souci de vérité, leur approche directe, que beaucoup de ces clichés nous étonnent aujourd'hui. Si certains d'entre eux, par de subtils effets de flou, sont parfois proches d'une esthétique pictorialiste, la plupart s'en distinguent par un éclairage vif, des poses sans équivoque, à mille lieues de tout souci d'idéalisation ou d'esthétisme. En cela elles anticipent de plusieurs années certaines recherches menées par les photographes de l'entre-deux-guerres autour de la représentation du corps.
L'histoire de l'ensemble remarquable dont provient cette image est curieuse. Donné en 1955 par la fille de Carabin à Le Corbusier, qui avait connu le sculpteur en 1915, il est conservé jusqu'à sa mort par l'architecte. Ce dernier va même jusqu'à interpréter en dessin certaines de ces photographies. Les clichés de Carabin apportent aujourd'hui un témoignage remarquable sur les relations entre photographie et sculpture au cours du XIXe siècle.
Titre(s)
Femme nue debout de face, la main droite posée sur une chaise, sans pied
Artiste(s)
Carabin François-Rupert
auteur
Saverne , Alsace (France) , 1862 - Strasbourg , Alsace (France) , 1932
Date
Entre 1895 et 1910
Description
épreuve sur papier albuminé à partir d'un négatif verre au gélatino-bromure d'argent
Dimensions
H. 17,5 ; L. 12,0 cm.
Conservation
musée d'Orsay
Numéro d'inventaire
PHO 1992 15 1 68
Historique
jusqu'en 1953, dans la collection des héritiers de Rupert Carabin,
à partir de 1953, dans la collection de Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier (donné par la famille de l'artiste),
jusqu'en 1992, dans la collection de la Fondation Le Corbusier,
1992, acquis par les Musées nationaux à la Fondation Le Corbusier, avec le concours de la Commission nationale de la photographie (comités du 03/11/1992 (consultation exceptionnelle) et du 12/11/1992, conseil du 18/11/1992, arrêté du 03/12/1992),
1992, attribué au musée d'Orsay, Paris,
Afficher l'historique
Identifiant
39660
Iconographie
figure, nu et modèle
objet, ustensile, arme
Masquer la notice de l'œuvre