"La Renommée chevauchant Pégase", sculpture d'Antoine Coysevox, place de la Concorde, à Paris

Charles Nègre
La Renommée chevauchant Pégase", sculpture d'Antoine Coysevox, place de la Concorde, à Paris"
en 1859
épreuve sur papier albuminé à partir d'un négatif sur verre au collodion
H. 44,5 ; L. 35,4 cm.
Don, 1981
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Charles Nègre (1820 - 1880)
Oeuvre non exposée en salle actuellement

"Gutenberg donna au monde l'imprimerie de la pensée; aujourd'hui, Sire, vous pouvez au moyen de l'héliographie réaliser l'imprimerie de la forme extérieure.
Avec le concours de l'héliographie les belles oeuvres de l'art, dans tous les genres, pourront être reproduites, publiées, vulgarisées". ("Mémoire à l'Empereur sur l'héliogravure", par Ch. Nègre - 7 juin 1858)
Dans ce même mémoire, Charles Nègre soumet à l'Empereur un projet de publication d'une histoire de l'art de l'humanité en images, illustrée grâce à ce procédé d'héliogravure qu'il vient de mettre au point. Le projet n'aboutit pas, pas plus que celui d'une publication sur Paris et son histoire proposée au Préfet de Paris au mois d'août de la même année.
A titre d'encouragement le chef de la division des Beaux-Arts, M. de Mercey commande au photographe une monographie sur les statues des Tuileries. Nègre se met au travail en juin 1859 et réalise trente photographies dont il dépose des épreuves, pour approbation, à la direction des Beaux-arts. Nouvelle déception, M. de Mercey tombe malade - il meurt en 1860 - et son successeur ne donne pas suite au projet.
La Renommée chevauchant Pégase fait partie des oeuvres sélectionnées pour figurer dans cette monographie. Elle a été réalisée en 1702 par Antoine Coysevox avec son pendant Mercure chevauchant Pégase, pour l'abreuvoir de Marly. Les deux groupes ont été déplacés en 1719 à l'entrée des jardins des Tuileries.