Lutteurs

Alexandre Falguière
Lutteurs
en 1875
huile sur toile
H. 231,4 ; L. 178,7 cm.
Don de Otto Klaus Preis, 1995
© RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski
Alexandre Falguière (1831 - 1900)
Niveau médian, Salle 58

A partir des années 1870, Alexandre Falguière poursuit simultanément une carrière de peintre et de sculpteur. Lutteurs, sa première grande composition, retient l'attention des critiques et lui vaut une médaille de seconde classe au Salon de 1875. Le thème de la lutte moderne, en vogue à l'époque romantique, avait connu un renouveau dans les années 1850. Après la guerre 1870, l'image du lutteur prend une autre signification : son courage doit servir d'exemple pour éduquer l'ardeur belliqueuse des jeunes citoyens.
L'oeuvre divise la critique de l'époque entre ceux qui méprisent la "peinture d'un sculpteur", et ceux, plus nombreux, qui reconnaissent à l'auteur le talent d'un véritable peintre. Les débats tournent également autour de la question du réalisme. Certains commentateurs, adeptes de l'antique, conspuent la trivialité du thème, n'y voyant de quelconques lutteurs de foire. Les défenseurs du réalisme en revanche se montrent enthousiastes pour la modernité du sujet et l'absence d'idéalisation.
Dès 1876, Falguière délaisse cependant les sujets modernes en peinture pour privilégier les sujets historiques, mythologiques, littéraires ou religieux. Si l'on en croit une anecdote de Castagnary, le tableau "n'était qu'une réponse à un défi porté par un peintre légèrement infatué de sa personne et de son talent". Falguière a peut-être voulu démontrer, avec les Lutteurs, qu'il était aussi peintre.