"Ma petite Maison", façade est, nuit

François Jean Marie Garat
"Ma petite Maison", façade est, nuit
en 1909
crayon, pastel et rehauts de gouache
H. 48,5 ; L. 76,0 cm.
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
François Jean Marie Garat (1866 - 1920)

Lorsque François Garas présente, au Salon de la Société nationale des beaux-arts de 1909, son grand projet de [lienCommentaire:122101]Temple à la Pensée[/lienCommentaire] dédié à Beethoven, composé d'une maquette, d'une toile et de nombreux projets dessinés, à l'aquarelle et au pastel, il accompagne cette composition d'une maquette et de dessins se rapportant à une petite construction qu'il médite depuis ses premières expositions : Ma petite Maison.
Installée sur le flanc du temple, elle convient aux hommes qui se détournent des contraintes et des désirs de la vie quotidienne, et exprime ce qui doit les diriger : aspiration vers l'infini, l'idéal et l'absolu, mais dans une totale simplicité de moeurs et de besoins matériels. L'ensemble de son envoi est accompagné d'une brochure explicative, où il décrit ainsi Ma petite Maison : "Je la sup­poserai construite au pied des contreforts du Temple à la Pensée, et comme sous sa protection, réalisant ainsi, dans l'apparente antithèse de mes deux compositions, le rêve du poète : Réunir le songe des grandes choses à la paix d'une vie obscure".

Oeuvre non exposée en salle actuellement