Machine humaine

Bernhard Hoetger
Machine humaine
en 1902
relief en bronze
H. 44,0 ; L. 37,0 ; P. 18,0 cm.
Don de Mme et M. Duchamp,1977. Dépôt du Centre Pompidou
© RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Gérard Blot / Christian Jean
Bernhard Hoetger (1874 - 1949)
Niveau médian, Salle 56

Machine humaine peut être considéré comme le premier torse moderne de Hoetger. L'influence de Rodin se conjugue ici avec celle du réalisme, le torse émergeant d'un cadre constitué en fait par les boisages du couloir de la mine. L'artiste tire un effet du contraste accentué entre ces bois rectilignes et le motif organique du corps. Le bronze convient particulièrement au rendu des anatomies contractées et torturées.
Le titre renvoie au monde de l'industrie qui broie l'être humain. Un mineur à la musculature puissante, presque sans visage et sans bras, devient, dans l'expression exacerbée de son effort, une icône de la misère ouvrière et du drame de l'humanité. Sculpteur allemand, Hoetger se fait ainsi, comme Dalou en France et Constantin Meunier en Belgique, l'un des chantres du monde ouvrier, ses grandeurs et misères.