Porteuse d'eau

Joseph Bernard
Porteuse d'eau
en 1912
statue en bronze
H. 175 ; L. 40 ; P. 52 cm; pds. 110 kg.
1917
© RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski
Joseph Bernard (1866 - 1931)
Niveau médian, Terrasse des sculptures 1880-1910

Au début du XXe siècle, Bernard a créé plusieurs sculptures en ronde-bosse, d'une évidente simplicité. Ce sont de grands nus féminins, en pierre, en marbre ou en bronze. Leur surface est toujours lisse, bien polie, pour que la lumière y glisse sans obstacles. Leur silhouette pure et leur grâce faussement gauche sont obtenues par une savante recherche d'équilibre. Bernard cherche toujours à obtenir une parfaite pondération des masses alors même qu'il saisit sa figure en marche, comme dans un instantané. Ici, le bras gauche et la position de la tête tournée vers la gauche contrebalancent le poids de la cruche, portée par la main droite.
Dans une première version, datée de 1905-1907, le bras gauche est tendu, alors que dans cette seconde version de 1910, qui fut fondue en bronze avant 1914, le bras gauche est plié. Avec ses pieds "en dedans" et ses jambes fléchies, la jeune fille semble en position instable, alors que le centre de gravité est assuré par la jambe droite qui s'avance.
Il existe des torses d'après cette statue qui, même sans tête, sans bras, sans jambes, conservent le même rythme et la même grâce.