« Être œil, tout bonnement » · Le regard de Flaubert sur les arts.

Sous titre
10h - 17h · auditorium
Orsay rencontres
-
Le 05 mars 2022
La tentation de saint Antoine (Vers 1877), Cézanne, Paul
Paul Cézanne, La tentation de saint Antoine (Vers 1877)
musée d'Orsay, Collection Eugène Murer
©RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

Gustave Flaubert (1821-1880) est l’écrivain absolu, celui qui place la « sacro-sainte littérature » au-dessus de toutes les autres formes d’expression artistique. À l’heure du centenaire de la naissance du grand romancier, ce colloque vise à explorer le regard singulier qu’il a posé sur les arts.

Tout au long de sa vie d’écrivain, Gustave Flaubert s’est opposé à l’illustration de ses œuvres, parce que l’image ferme la possibilité d’imaginer. Pourtant, l’iconographie occupe une place essentielle dans sa documentation, et ses carnets de voyage conservent la mémoire de sa confrontation marquante avec l’art lors de deux séjours en Italie. Il écrit même à l’une de ses correspondantes : « Emplissez-vous la mémoire de statues et de tableaux. »

 

Alors que nul plus que lui n’a tendu la relation entre image visuelle et image mentale, entre tableau encadré et tableau métaphorique, ce colloque interroge la position singulière de Flaubert. Des Orientalistes à Cézanne et à Renoir, cette réflexion prend place dans un lieu qui abrite des œuvres mêlées à sa biographie et à ses thèmes de prédilection. Une phrase énigmatique pourra servir de fil rouge : « J’aime dans la peinture, la Peinture. »

 

 

Ce colloque bénéficie du soutien des Amis de Flaubert et de Maupassant et du Centre Flaubert du laboratoire CÉRÉdI de l’université de Rouen Normandie.

 

Ouverture des réservations le 27 janvier 2022