Prix du musée d'Orsay

 (en 1889), Anonyme
Anonyme, Diplôme de récompense, médaille d'or, décerné à Alfonse Gosset lors de l'Exposition universelle de 1889 (en 1889)
musée d'Orsay
©Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Alexis Brandt

Créé en 2006, le Prix du musée d'Orsay récompense tous les ans une thèse d'histoire de l'art portant principalement sur la deuxième moitié du XIXe siècle, en vue d’en permettre la publication. Il est d’un montant de 10 000€, dont 1000 € de prix et 9000 € qui constituent une aide à la publication de l'ouvrage.

 

Trop peu de thèses, dont certaines constituent des avancées déterminantes pour la connaissance de l’art, connaissent une diffusion publique. Le Prix du musée d'Orsay contribue ainsi à enrichir l’histoire de l’art, comme il renforce les liens entre le musée et les universités dans un soutien commun aux jeunes chercheurs.

Prix 2022 – Appel à candidature

Attribution

Le prix est attribué par un jury de cinq membres - universitaires et conservateurs - à une thèse soutenue dans l’année écoulée à l'université, à l'EPHE ou à l'EHESS, à l'Ecole des Chartes, ou à un mémoire de troisième cycle de l'Ecole du Louvre. La thèse sera présentée telle que soutenue, accompagnée du rapport du jury, du résumé rédigé au moment du dépôt, d'une liste des publications de l'auteur et d'une note de ce dernier indiquant la manière dont le manuscrit serait remanié en vue d'une éventuelle publication.

Modalités

Les candidats ayant soutenu leur thèse en 2021 sont invités à adresser leur dossier au Président de l'Etablissement public du musée avant le lundi 24 janvier 2022. Il doit comporter une lettre, la thèse en trois exemplaires, ainsi que les pièces mentionnées ci-dessus en cinq exemplaires (Esplanade Valéry Giscard d'Estaing 75007 Paris, avec la mention "prix du musée d'Orsay", à l'attention d’Emmanuel Coquery).

Prix 2021

Attribution

Le prix est attribué par un jury de cinq membres – universitaires et conservateurs – à une thèse soutenue à l'université, à l'EPHE ou à l'EHESS, à l'École des Chartes, ou à un mémoire de troisième cycle de l'École du Louvre. La thèse sera présentée telle que soutenue, accompagnée du rapport du jury, du résumé rédigé au moment du dépôt, d'une liste des publications de l'auteur et d'une note de ce dernier indiquant la manière dont le manuscrit serait remanié en vue d'une éventuelle publication.

Le jury du prix délibérera à la fin de l’automne 2021.

Modalités

Les candidats sont invités à adresser leur dossier au président de l'établissement public du musée avant le lundi 20 janvier 2020. Il doit comporter une lettre, la thèse en trois exemplaires, ainsi que les pièces mentionnées ci-dessus en cinq exemplaires (62, rue de Lille 75343 Paris cedex 07, avec la mention « Prix du musée d'Orsay », à l'attention de Madame Élise Dubreuil).

 

La Présidente,

Vu le décret n° 2003-1300 du 26 décembre 2003 modifié portant création de l'établissement public du musée d'Orsay et du musée de l'Orangerie et notamment ses articles 2 et 22.

Vu la décision portant règlement du prix du musée d'Orsay n° 2011-02 du 11 janvier 2011

DÉCIDE :

Article 1 : Prix du musée d'Orsay

Le musée d'Orsay est l'un des grands musées nationaux français. Il a depuis sa création en 1986 joué un rôle dans la redécouverte de l’art du XIXe siècle.

Ses équipes scientifiques sont amenées à collaborer avec des conservateurs comme avec des universitaires de nombreux pays ; sa documentation et sa bibliothèque sont fréquentées par plusieurs milliers de chercheurs par an. Les conservateurs du musée sont régulièrement associés au suivi des travaux des jeunes doctorants et à leurs jurys de thèse. Ces dernières constituent bien souvent des sommes qui restent méconnues.

Dans ce contexte, le musée d'Orsay décerne un prix annuel destiné à permettre la publication d'un manuscrit se distinguant particulièrement dans le panorama de la recherche sur l'art entre 1848 et 1914.

 

Article 2 : Nature des travaux susceptibles de recevoir ce prix

Les thèses pouvant être présentées seront des travaux d'histoire de l'art portant sur les grands domaines des arts de la période (peinture, sculpture, arts décoratifs, architecture, photographie) que leurs auteurs souhaitent voir publier.
Elles pourront appréhender ces domaines selon des perspectives diverses : monographie ; courant artistique ; domaine, technique ou mode d’expression ; iconographie, iconologie ; processus de création ; condition de la production artistique et relations avec les commanditaires, milieu artistique ; histoire des collections, histoire du goût ; histoire de la discipline, des institutions, etc.

Le prix sera attribué à une thèse soutenue à l'université (française, ou étrangère d'un niveau équivalent), à l'École pratique des Hautes études, à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales ou à l'École des Chartes, ou à un mémoire de troisième cycle de l'École du Louvre.

Les manuscrits anciens – de moins de cinq ans toutefois – sont acceptés, si l'intérêt de leur publication n'a pas été diminué de manière significative par des publications intervenues depuis.

Il est précisé que les membres du personnel de l'EPMO, quel que soit leur statut, ne sont pas habilités à présenter leur thèse.

 

Article 3 : Composition du jury

Le jury du prix est constitué de cinq membres, et présidé par le président du musée ou un conservateur du musée qu’il aura dûment mandaté pour le représenter.

Dans l'hypothèse où le président du musée n'est pas un historien de l'art (conservateur du patrimoine ou professeur des universités), la présidence du jury est assurée par le chef de la conservation du musée.

Le jury comprend en outre deux conservateurs, dont un du musée d'Orsay, et deux universitaires. Un membre du jury au moins sera de nationalité étrangère. Les membres sont choisis par le président du musée, pour une durée de quatre ans, qui pourra être reconduite tacitement pour quatre années supplémentaires.

Chaque membre du jury reçoit un exemplaire de la thèse publiée.

Les membres ne résidant pas à Paris sont remboursés de leurs frais de voyage et de séjour, dans le respect des dispositions réglementaires applicables.

 

Article 4 : Modalités d'attribution

1) Les candidats sont invités à se faire connaître, suivant les modalités fixées à l'article 6, par une lettre adressée au président de l'établissement public du musée d'Orsay et du musée de l'Orangerie, accompagnée des pièces mentionnées ci-dessous, ainsi que de trois exemplaires du manuscrit.

La thèse sera présentée telle que soutenue, accompagnée du rapport du jury, du résumé rédigé au moment du dépôt, d'une liste des publications de l'auteur et d'une note de ce dernier indiquant la manière dont le manuscrit serait remanié en vue de la publication (la publication définitive ne pourra dépasser 1 million de signes). Toutes ces pièces annexes sont à remettre en cinq exemplaires.

Un exemplaire du manuscrit sur les trois remis est conservé par le musée ; en contrepartie chaque auteur reçoit une somme forfaitaire de 200 euros pour défraiement. Les autres exemplaires sont restitués aux auteurs.

L'exemplaire conservé par le musée fera l'objet d'un archivage.

De plus, le candidat devra indiquer, dans la lettre jointe à son manuscrit :

  • s'il accepte que, pour la durée de protection des droits d'auteur, incluant toute prolongation éventuelle, jusqu'à ce que la thèse tombe dans le domaine public et soit consultable librement, celle-ci soit mise à disposition du public au sein de la bibliothèque du musée d'Orsay, pour y faire l'objet de consultations ;
  • s'il refuse une telle mise à disposition.

 

2) Chaque membre du jury classe les thèses communiquées dans l'ordre d'éligibilité. La délibération se déroule à huis clos. Elle donne lieu à la rédaction d'un procès-verbal signé par chacun des membres. La désignation du lauréat fait l'objet d'une décision du président de l'établissement public du musée d'Orsay et du musée de l'Orangerie.

À titre exceptionnel, si une deuxième thèse est réellement jugée excellente, un prix spécial, de 1 000 euros, non assorti d'aide à la publication, peut être attribué à celle qui est classée deuxième.

Si aucun manuscrit n'obtient l'avis favorable du jury, il sera possible de distinguer la thèse classée en deuxième position d'éligibilité l'année précédente.

 

Article 5 : Montant du prix

Le prix sera d'une valeur de 10 000 €, versés directement au lauréat, dont 1 000 € de prix et 9 000 € qui constitueront une aide à la publication de l'ouvrage.

Il appartient au lauréat de trouver un éditeur pour la publication de sa thèse (édition imprimée, et éventuellement électronique). L'aide à la publication n'est versée que lorsque l'auteur peut justifier de l'acceptation de son manuscrit par un éditeur.

Vingt exemplaires de la thèse publiée devront être adressés gracieusement à l'EPMO. Celle-ci devra par ailleurs porter la mention « Prix du musée d'Orsay »  accompagnée du logo du musée sur la page de titre.

 

Article 6 : Publicité, calendrier

Le prix est attribué chaque année au printemps.

Le site internet du musée ainsi que la revue du musée d'Orsay annonceront la date limite d’envoi des manuscrits, en général fixée au mois de décembre. Une annonce sera également insérée dans la presse artistique.

Tout courrier doit être adressé à M. le président de l'Établissement public du musée d'Orsay et du musée de l'Orangerie, 62 rue de Lille, 75343 Paris cedex 07, avec la mention « Prix du musée d'Orsay ».

 

Article 7 : Dispositions finales

Le président de l'établissement public du musée d'Orsay et du musée de l'Orangerie est chargé de l'exécution de la présente décision, qui sera publiée au Bulletin Officiel du ministère de la Culture et de la Communication.

 

Fait à Paris, le 16 octobre 2019

Laurence des Cars

Prix 2020

En raison de la crise sanitaire, les délibérations du jury pour le Prix du musée d'Orsay 2020 ont dû être décalées à l’automne 2020.

Le jury du prix du musée d'Orsay, composé d’Anne Dion, conservatrice générale au musée du Louvre, d’Elise Dubreuil, conservatrice au musée d'Orsay, de Philippe Kaenel, professeur à l'Université de Lausanne, d’Emmanuel Pernoud, professeur à l'université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, et d’Emmanuel Coquery, conservateur général au musée d'Orsay, a décerné le prix 2020 à la thèse de Mathieu Caron, Le Garde-Meuble et la Cour. Héritages et goût du mobilier d’Ancien Régime, du Consulat au Second Empire, soutenue à l’université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, le 14 décembre 2019, sous la direction du professeur Barthélémy Jobert.

Prix 2019

Le jury du Prix du musée d'Orsay, composé de Madame Anne Dion, conservatrice générale au musée du Louvre, Madame Élise Dubreuil, conservatrice au musée d'Orsay, Monsieur Philippe Kaenel, professeur à l'Université de Lausanne, Monsieur Emmanuel Pernoud, professeur à l'université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, et Madame Marie Robert, conservatrice en chef au musée d'Orsay, a décerné le prix 2019 à la thèse de Léa Saint-Raymond, Le pari des enchères. Le lancement de nouveaux marchés artistiques à Paris entre les années 1830 et 1939, réalisée sous la direction de Ségolène Le Men à l'Université Paris Nanterre et soutenue le 26 octobre 2018.

 

Il a été décidé d'attribuer un prix spécial de 1 000 €, sans aide à la publication, comme le règlement le permet, à la thèse de Mathilde Assier, La promotion des Beaux-Arts en Espagne (1853-1898). Soutenir les Beaux-Arts en temps de crise, réalisée sous la direction de Barthélémy Jobert et de Carlos Reyero à la Sorbonne Université et soutenue le 20 octobre 2018, le jury souhaitant également encourager la publication de ce travail.

Prix 2018

Le jury du Prix du musée d'Orsay, composé de Madame Anne Dion, conservateur en chef au musée du Louvre, Madame Élise Dubreuil, conservateur au musée d'Orsay, M. Philippe Kaenel, professeur à l'Université de Lausanne, M. Emmanuel Pernoud, professeur à l'université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, et de M. Édouard Papet, conservateur général au musée d'Orsay, a décerné le prix 2018 à la thèse de Victor Claass, Julius Meier-Graefe (1867-1935) contre l'impressionnisme, réalisée sous la direction de Barthélémy Jobert, à l'Université de Paris Sorbonne et soutenue le 1er juillet 2017.

Prix 2017

Le jury du Prix du musée d'Orsay, composé de Madame Anne Dion, conservateur en chef au musée du Louvre, Madame Élise Dubreuil, conservateur au musée d'Orsay, M. Dario Gamboni, professeur à l'Université de Genève, M. Emmanuel Pernoud, professeur à l'université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, et de M. Édouard Papet, conservateur général au musée d'Orsay, s'est réuni le jeudi 8 juin et a décerné le prix 2017 à la thèse de Katia Papandreopoulou, Camille Mauclair (1872-1945), critique et historien de l'art « une leçon de nationalisme pictural », soutenue le 16 novembre 2013 sous la direction d'Éric Darragon, à l'Université de Paris I Panthéon Sorbonne.

 

Étant donné le caractère également remarquable de la thèse de Sophie Derrot, Michel Liénard (1810-1870). Luxuriance et modestie de l'ornement au XIXe siècle, soutenue le 26 septembre 2014 à l'École pratique des hautes études, sous la direction de Jean-Michel Leniaud, il a été décidé de lui attribuer un premier prix ex aequo, sans aide à la publication, comme le règlement le permet.

Prix 2016

Le prix 2016 a été décerné à la thèse de Fabienne Fravalo, La revue Art et décoration de 1897 à 1914, de l'Art nouveau à un art décoratif moderne, sous la direction de Régine Bonnefoit (université de Neufchâtel) et Jean-Paul Bouillon (université de Clermont-Ferrand II) et soutenue le 11 mai 2015.

Prix 2015

Le prix 2015 a été décerné à la thèse de Laura Karp-Lugo, Au-delà des Pyrénées : les artistes catalans à Paris au tournant du XXe siècle, sous la direction d'Éric Darragon, à l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne et soutenue le 30 juin 2014.

Prix 2014

Le prix 2014 a été décerné à la thèse d'Éléonore Challine, Une étrange défaite. Les projets de musées photographiques en France (1850-1945), dirigée par Michel Poivert et soutenue le 21 février 2014 à l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.

Prix 2013

Le lauréat est Charlotte Foucher, Un symbolisme enfoui : les femmes artistes dans les milieux symbolistes en France au passage du siècle, thèse soutenue le 3 décembre 2012 à l'Université de Paris I, sous la direction de Pascal Rousseau.

Voir la notice bibliographique de l'ouvrage Un symbolisme enfoui : les femmes artistes dans les milieux symbolistes en France au passage du siècle

 

Le jury a également accordé un premier prix ex aequo au travail de Carole Halimi, Le tableau vivant de Diderot à Artaud, et son esthétique dans les arts visuels contemporains (XXe-XXIe siècles), thèse soutenue le 2 décembre 2012 à l'Université de Paris I, sous la direction de Jean-Claude Lebensztejn.

Prix 2012

Le lauréat est Clément Dessy, Les écrivains face au défi nabi. Positions, pratiques d'écriture et influences, thèse soutenue le 5 décembre 2011 à l'université libre de Bruxelles, sous la direction de Paul Aron.

Prix 2011

Le jury du Prix du musée d'Orsay a tenu sa délibération finale le 28 juillet 2011.

 

Le prix 2011 a été décerné à la thèse de M. Nicholas-Henri Zmelty, L'affiche illustrée en France (1889-1905). Naissance d'un genre ?, Université de Picardie – Jules Verne, sous la direction de Rémi Labrusse, soutenue le 10 décembre 2010.

 

Il a été décidé d'attribuer un premier prix ex-aequo de 1 000 €, sans aide à la publication, comme le règlement le permet, à la thèse de Mme Christelle Lozère, Mises en scènes dans les « salons coloniaux »  de province (1850-1896). Vers l'émergence de modèles d'expositions coloniales, université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, sous la direction de Dominique Jarrassé, soutenue le 4 décembre 2009, le jury souhaitant vivement encourager la publication de ce travail.

Prix 2010

Le jeudi 29 avril 2010 à 10h30, le jury du Prix du musée d'Orsay s'est rassemblé pour la désignation du lauréat du prix au titre de l'année 2010. Le jury était constitué de M. Rémy Labrusse, professeur à l'université de Picardie, M. Michaël Zimmermann, professeur à la Katholische Universität Eichstätt-Ingolstadt , M. Philippe Durey, conservateur général, directeur de l'École du Louvre, Mme Alice Thomine, conservateur au musée d’Orsay et de Mme Catherine Chevillot, conservateur en chef au musée d'Orsay, mandatée par M. Guy Cogeval, président de l'Établissement public du musée d'Orsay.

 

Le prix a été décerné à la thèse de Mme Claire Le Thomas, Racine populaire d'un art savant. Innovations cubistes et pratiques ordinaires de création (1907-1914), sous la direction de Thierry Dufrêne, Université de Paris X – Nanterre, soutenue le 17 novembre 2008

 

Étant donné le caractère également remarquable de la thèse de Mme Ruth Fiori, La construction d'une conscience patrimoniale parisienne à la fin du XIXe siècle : acteurs, pratiques et représentations (1884-1914), sous la direction de Dominique Poulot, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, soutenue le 30 juin 2009, il a été décidé de lui attribuer un premier prix ex aequo de 1 000 €, sans publication, comme le règlement le permet. Le jury souhaite vivement encourager la publication de ce travail.

Prix 2009

En 2009, le jury a décerné le Prix à la thèse de Raphaële Delas, Aimé et Louis Duthoit, derniers imagiers du Moyen Âge. Un atelier de création et de restauration de sculpture médiévale à Amiens, sous la direction de Laurence Bertrand-Dorléac, université de Picardie – Jules Verne.

 

Le jury était constitué de M. Dominique Jarrassé, professeur à l'université de Bordeaux-3, M. Michaël Zimmermann, professeur à la Katholische Universität Eichstätt-Ingolstadt, M. Philippe Durey, conservateur général, directeur de l'École du Louvre, Mme Alice Thomine, conservateur au musée d'Orsay et de M. Guy Cogeval, président de l'Établissement public du musée d'Orsay.

Prix 2008

Le jeudi 17 avril 2008, après avoir examiné les dix thèses qui lui avaient été soumises, le jury a décerné le Prix du musée d'Orsay à Sarah Linford pour Le Symbolisme et la Troisième République : la tradition comme avant-garde, 1871-1915, sous la direction de Jean-Paul Bouillon et de Todd Porterfield, université de Clermont-Ferrand – Blaise Pascal et université de Princeton (co-tutelle), thèse soutenue le 20 février 2007.

Prix 2007

Le mardi 6 mars 2007 à 13h, le jury du Prix du musée d'Orsay s'est rassemblé pour la désignation du lauréat du prix au titre de l'année 2007.

 

Le jury était constitué de M. Dominique Jarrassé, professeur à l'université de Bordeaux-3, M. Michaël Zimmermann, professeur à la Katholische Universität Eichstätt-Ingolstadt, M. Philippe Durey, conservateur général, directeur de l'École du Louvre, M. Philippe Thiébaut, conservateur en chef au musée d'Orsay et de M. Serge Lemoine, président de l'Établissement public du musée d'Orsay.

 

Le jury a décerné le prix à la thèse de Béatrice Joyeux-Prunel, « Nul n'est prophète en son pays… » , ou la logique avant-gardiste. L'internationalisation de la peinture des avant-gardes parisiennes, 1855-1914, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Christophe Charles.

 

À titre exceptionnel, et conformément au règlement permettant d'attribuer un prix spécial de 1 000 €, non assorti de publication, à une thèse classée deuxième, le jury a distingué à ce titre les thèses classées ex aequo de Laurent Houssais, André Fontainas (1865-1948), critique et historien de l'art, Université de Clermont-Ferrand II – Blaise Pascal, sous la direction de Jean-Paul Bouillon, et de Florence Rionnet, Le rôle de la Maison Barbedienne (1834-1954) dans la diffusion de la sculpture aux XIXe et XXe siècles, considérations sur les bronzes d'édition et l'histoire du goût, Université de Paris IV – Sorbonne, sous la direction de Bruno Foucart

Prix 2006

Le Prix du musée d'Orsay 2006 a été attribué à Emmanuelle Amiot-Saulnier, La peinture religieuse en France, 1873-1879.